Posted on

Le pastelliste Bernard COLLET teste des pastels tendres et pastels à l’huile

Pratiques des Arts - magazine n°110

Extraits de l’article Matériel alternatif, recettes maison. Et si vous faisiez vos produits vous-même ?

Pastels artisanaux : redécouvrir des couleurs perdues

Le pastelliste Bernard COLLET a goûté à une sélection de pastels (à l’huile et secs) signés l’Artisan Pastellier. Voici ce qu’il en pense.

PASTELS TENDRES : DES COULEURS INEDITES

Œuvre au pastel sec de l'Artisan Pastellier
Œuvre au pastel sec. « Ces pastels traditionnels offrent des couleurs mi-tons très intéressantes pour les zones de transition »

Pour les pastels tendres ou secs, quatre nuances ont été testées : indigo, laque de gaude, laque de garance, laque de noyer. La laque de noyer (qui a un léger parfum) s’est avéré très proche d’une tonalité terre cassée, que l’on trouve notamment chez SENNELIER (n°145). Les bleus indigo donnent une couleur bleue tirant sur le gris avec une légère trace jaune. Un indigo plus sombre serait à ajouter à cet ensemble globalement bien pensé. Ces couleurs se gomment bien, même après fixation.
Le principal défaut de ces bâtonnets réside dans la croûte – relativement épaisse – qui les entoure (un défaut qui concerne aussi certains pastels industriels).
Cela engendre une irrégularité du tracé. Sollicité, l’Artisan Pastellier explique : « il peut y avoir des impuretés lors de l’opération de mucilage. Ou bien, dans le cas où la pâte est trop molle, une peau peut se former lors du séchage à l’air qui dure une quinzaine de jours. » Retour au test. Une fois cette croûte cassée, les pastels sont étonnamment poudreux, le pigment visiblement de qualité et très couvrant. Globalement, ils disposent d’ne bonne ductilité. D’une belle transparence, la combinaison des pastels sombres et clairs est élégante. Les couleurs sont assez réservées, timides. A titre de comparaison, les couleurs industrielles sont peut être trop tranchantes. Ces pastels artisanaux seront très intéressants à utiliser dans les zones de transition de l’ombre à la lumière, d la lumière à l’obscurité.

PASTELS A LA CIRE D’ABEILLE : LE POUR ET LE CONTRE

Œuvre au pastel gras de chez l'Artisan Pastellier
Œuvre au pastel gras.
« Je suis moins habitué à travailler avec des pastels gras, les nuances de couleurs sont fines, mais intéressantes. Reste un petit dépôt assez gênant – la recette encore perfectible. »

Les pastels à la cire d’abeille sont bien miscibles avec des pastels à l’huile. La gamme des bleu un peu trop proche ne termes de teintes. Petite curiosité, ces pastels dégagent une légèr odeur, assez désagréable. J’ai utilisé du fusain pour casser la teinte, cela fonctionne bien. J’ai apprécié la forme en biseau des pastels à la cire, qui facilite le dessin lorsqu’on est en quête de précision. En revanche, ces pastels gras laissent un dépôt inégal de matière. Le risque de tache son œuvre est important. Ce dépôt s’explique par le processus de fabrication, éclaire l’Artisan Pastellier : « La recette traditionnelle mise sur une résistance à la lumière accrue du pastel gras, mais elle aboutit aussi à ce qu’il reste des petits bouts. Nous allons peut-être faire évoluer la recette. »

Source : Pratique des Arts n°110 juin- juillet 2013 – Page 53 – Textes Anne Daubrée et Arnaud Dimberton

Posted on

Technique du pastel sec (pastel tendre) – La découverte du pastel sec.

La découverte du pastel sec.

Le pastel sec est né en Italie, Pays des Arts. Autrefois le pastel sec était un complément du dessin, le pastel sec servait de rehaut au dessin au fusain. Le pastel sec existait alors en peu de teintes, principalement en blanc et sanguine.

On estime que c’est à l’époque de Léonard de Vinci que les pastels secs ont été créés. Le mot pastel sec tire son nom de l’italien « pasta », on fabrique en effet les pastels secs à partir d’une pâte obtenue en broyant le pigment avant de le mettre en forme.

Léonard de Vinci a fait de nombreux dessins à la sanguine. Il a fait aussi des dessins au fusain où les touches de pastel sec blanc ou de pastel sec sanguine apportent la couleur et le relief à l’œuvre.

Le pastel sec devient un Art majeur, au XVIIIème siècle, grâce à . La gamme des couleurs de pastels secs s’élargit à toutes les couleurs de la palette. La technique du pastel sec est couramment utilisée alors dans l’Art du portrait. Les caractéristiques offertes par le pastel sec sont bien adaptées au portrait. L’absence de liant (huile ou autre) dans le pastel sec restitue les couleurs avec un maximum d’intensité et de vivacité. De plus la lumière réfléchit directement sur les grains de pigments du pastel sec ce qui donne aux pastels secs une texture velouté incomparable, rappelant le velouté des visages.

Depuis les pastels secs sont utilisés pour tous les sujets que ce soit des paysages, des natures mortes ou de l’abstrait. Le pastel sec est parfaitement adapté aux techniques mixtes comme :pastel tendre et gouache, pastel sec et encres, pastel sec et aquarelle, pastel sec et acrylique ou pastel sec et huile, … Le pastel sec est un medium sec (maigre) qui permet de coucher instantanément sur le papier les esquisses et le ébauches qui serviront à la mise en place du sujet, avant la réalisation définitive de l’œuvre à l’huile ou à l’acrylique.

Les avantages de la technique du pastel sec.

La spontanéité

Le pastel sec est une technique dite « sèche » puisqu’elle ne nécessite pas de solvant. La technique du pastel sec ne nécessite aucune préparation de la palette, ni du mélange des couleurs. Le bâtonnet de pastel sec est véritablement un prolongement de la main presque naturel qui permet de peindre directement.

Le rendu

Les œuvres au pastel secs enchantent par la luminosité et la force des couleurs. Avec le pastel sec les pigments ne sont pas recouverts d’un liant. La teinte n’est pas modifiée par réfraction de la lumière dans le liant, et ne risque pas de jaunir. L’absence de liant garde au pastel sec toute sa matité et son opacité. La lumière qui réfléchit sur chaque grain de pigment est pure et intense.

La compatibilité avec toutes les techniques

Le pastel sec est un bâton de pigment pur. Il est donc possible d’associer toutes les techniques au pastel sec. De nombreux peintre se servent du pastel sec pour ébaucher leur travail avec rapidité et spontanéité. L’opacité du pastel sec se marie avec la transparence de l’aquarelle ou des encres. La gouache peut servir à préparer des fonds pour le pastel sec.

Les inconvénients de la technique du pastel sec

Poudre des pastels secs

Les pastels secs ou pastels tendres comme leur nom l’indique sont fragiles et libèrent facilement de la poudre. La fine poudre colorante des pastels secs salit les bâtonnets de pastels secs et les doigts, les vêtements et les supports si on ne travaille pas avec soin. Pour ne pas gâcher une œuvre il faut être précautionneux.

Fixation et protection des pastels secs

Le pastel sec ne contient pas de liant et ne colle pas parfaitement au support, les œuvres doivent être fixées protégées par une vitre.

Posted on

Pastels tendres à fresco – Le pas à pas de Roger Pôl-Roux

Pas à pas de la technique du “pastel tendre à fresco” avec le peintre Roger Pôl-Roux. Technique permettant de réaliser de pastels tendres sur supports souples, comme la toile. Texts in English.

Le peintre Roger Pôl-Roux accueille l’Artisan Pastellier dans son atelier au plus profond de la forêt de la Grésigne près de Cordes-Sur-Ciel dans le département du Tarn (81).
C’est avec son immense gentillesse habituelle qu’il nous invite à le suivre pour nous montrer pas à pas la technique du pastel tendre à fresco.
Cette technique a été mise au point par son ami Jacques HUE et est depuis très utilisée par Roger Pôl-Roux pour la liberté qu’elle donne au peintre.
L’intérêt de cette technique est de pouvoir travailler les pastels tendres avec des supports souples et d’utiliser les bâtons de couleurs de pastels tendres comme un prolongement de la main, de plus tout en gardant l’éclat des couleurs et la matité du pastel tendre, il n’y a plus nécessité de fixer le pastel sec.

The painter Roger Pol-Roux lives in the deep forest of Grésigne near Cordes-sur-Ciel in the Tarn (81) France.
He shows us, step by step, the fresco technique with soft pastels.
The advantage of this technique is to work with soft pastels on flexible pieces and use the sticks as an extension of the hand.

LE MATERIELEQUIPMENT

Une toile de lin étalée sur le sol simplement posée sur un morceau de moquette pour protéger le sol. On pourra évidemment travailler sur une table pour être plus confortable, ici la dimension de l’oeuvre à conduit à travailler à même le sol.
A linen cloth spread on the ground simply put on a piece of carpet to protect the soil.

Une solution de liant acrylique diluée à 10% de liant pour 90% d’eau.
An acrylic binder solution (10% binder for 90% water).

Les pastels tendres de l’Artisan Pastellier.Soft Pastels

Un fusain et les pastels tendres ocre jaune, ocre abricot et outremer ont été uniquement choisis pour le démarage de l’oeuvre.
For the beginning : Charcoal and Yellow Ochre, Apricot Ochre and ultramarin.

MISE EN OEUVRE de la technique du pastel tendre à fresco
Fresco technique with soft pastels.

Première étapeFirst step

Imprégnation d’une partie de la toile.
La surface totale de la toile n’est pas recouverte de solution de liant car on ne pourrait plus s’appuyer pour peindre et surtout le liant sèchera avant que l’on ait pu finir la totalité du travail.
One part of the canvas is covered with a binder solution.

Deuxième étapeSecond step

Dessin au fusain Charcoal Drawing
Ici la grande maîtrise de l’artiste lui permet de reproduire son modèle à main levée directement dans les bonnes proportions. Pour le débutant, il est préférable de prendre le temps de bien évaluer les proportions en s’aidant si besoin est de repères sur la toile ou sur les côtés.

Le pastel tendre une fois appliqué.

Quatrième étapefourth step

Imprégnation d’une seconde partie de la toile.
Sans attendre une deuxième surface de la toile est passée à la solution de liant acrylique, pour continuer en suivant le travail.
In the same way, a second zone is covered.

Etapes suivantes :
Les étapes suivantes consistent à recommencer les étapes 1 à 3 en déplaçant la zone de travail au fur et à mesure de l’avancée du travail.
The next steps are to repeat steps 1 to 3 by moving the work area as the progress of work.

Observation :
Sur le haut de l’oeil gauche du visage un morceau de pastel tendre s’est cassé, ce morceau de pastel tendre en s’imprégnant de liant va adhérer parfaitement à la toile et ainsi donner un effet de matière très intéressant.
A piece of soft pastel will adhere perfectly to the canvas and give very interesting material effect.

Une couche de liant peut être repassée sur le dessin lorsque l’on avance.
A layer of binder can be applied on the first drawing.

La main qui n’avait pas été oubliée est maintenant peinte au pastel tendre et le dessin est continué.

L’oeuvre est éxécutée par avancements successifs et prend vie sous les doigts de l’artiste.

Le résultat

Une oeuvre terminée avec la technique du pastel tendre à fresco.

Roger Pôl-Roux passe sa main sur l’oeuvre finie pour nous montrer les effets de matière qui sont dus aux morceaux de pastels tendres qui se sont collés sur le tableau comme expliqué plus haut.
Roger Pol-Roux places his hands on the finished work to show us the effects of material.

Une fois sèche, l’oeuvre peut être conservée enroulée.
The work can be kept wrapped.

Quelques oeuvres exposées dans l’atelier.

Posted on

Pastel tendre – Présentation des pastels tendres de LArtisan Pastellier

Nos pastels tendres sont fabriqués entièrement de façon artisanale, pour répondre au plus près aux exigences de qualité des artistes.

Présentation

Les pastels tendres de l’Artisan Pastellier sont façonnés à la main.

Les pigments utilisés pour ces pastels tendres, sont purs, et stables à la lumière.

Les pastels tendres sont particulièrement tendres ce qui leur donne un velouté exceptionnel.

Nous avons donné aux bâtons de pastels tendres une dimension leur assurant une bonne prise en main, ainsi qu’une moindre fragilité et une grande longévité. Le diamètre des pastels tendres est d’environ 14 mm et leur longueur d’environ 60 mm.

L’adhérence des pastels tendres au support est très bonne et le couvrant excellent.

Nous proposons une gamme équilibrée de 50 coloris dont une quarantaine de teintes intenses, qui ont toutes une excellente tenue à la lumière, et huit teintes rares à base de couleurs végétales véritables (les 4 couleurs au bleu de pastel des teinturiers (Isatis Tinctoria), la laque rouge de garance (Rubia Tinctoria), la laque jaune de gaude (Reseda Luteola), la laque brun de noyer (Juglans Regia).

Conditionnements

Les coffrets sont en papier recyclé.

La superbe palette des teintes des pastels tendres se déclinent en 11 coffrets de 4 pastels (les ocres, les terres, les sanguines, les rouges, les jaunes, les verts, les turquoises, les bleus, les violets, le coffret des 4 couleurs du pastel des teinturiers, et le coffret des 4 couleurs végétales.
Les coffrets thématiques de 10 pastels secs, « 10 découverte » (couleurs de base), portrait, paysage et terres.
Il y a aussi les coffrets thématiques de 20 pastels secs, « 20 découverte » (couleurs de base), portrait et paysage.
Enfin les coffrets thématiques de 40 pastels secs tendres.

Posted on

Pastel tendre – colorer ses supports pour le pastel tendre (pastel sec)

Pastel tendre – colorer ses supports pour le pastel tendre (pastel sec). Intérêt de travailler avec des fonds colorer pour le pastel tendre. Colorer soi-même ses fonds partie intégrante de l’oeuvre au pastel tendre.
Pastel sec, pastel tendre – Préparation des fonds – Mise en couleur

Intérêt des supports colorés dans l’œuvre de pastel

Le pastel card, le papier d’emballage kraft, le carton, … sont colorés. La couleur de ses papiers peut faire partie intégrante de l’œuvre de pastel. En laissant des plages non recouvertes de pastel tendre la couleur du support apparaît. Par transparence si le pastel est posé en faible épaisseur ou à travers un hachurage, la nature du papier peut aussi jouer un rôle.

Colorer soi-même ses fonds pour le pastel tendre

Sur le principe cité ci-dessus, une fois que vous avez choisi la composition de votre travail au pastel tendre (pastel sec) vous pouvez colorer vous-même les fonds de vos supports. Cela vous permettra d’adapter parfaitement vos fonds à votre sujet et à ses tonalités. Vous n’êtes pas obligés de faire un fond monochrome, mais vous pouvez au contraire en profiter pour marquer les différente tonalités de l’œuvre (par exemple le ciel, les ombres,…) De plus on peut profiter de cette préparation pour améliorer l’accrochage du pastel tendre (pastel sec) au support.

Mise en couleur de son fond avec de la poudre de pastel tendre

Si vous êtes soigneux et que vous conservez vos petits morceaux et brisure de pastels tendres (pastels secs), vous pouvez les broyer puis les saupoudrez au dessus de votre support. Il vous suffit ensuite de répartir la poudre de pastel tendre en la frottant sur le support avec le bout des doigts ou un mouchoir en papier humide. Vous pouvez aussi écraser directement vos morceaux de pastels tendres à l’endroit où vous le souhaitez avant d’étaler.
Le résultat n’est jamais uniforme et présente des fusées de couleurs des pastels, mais c’est aussi ce qui en fait sa qualité.

Mise en couleur de son fond à l’aquarelle

L’aquarelle sont composées de couleurs transparentes stables à la lumière et contiennent de la gomme arabique qui favorisera l’accroche des pastels tendres.
L’aquarelle est diluée puis pulvérisée sur le support ou bien appliquée au pinceau ou au spalter (brosse large). Dans ce cas le papier sera mouillé préalablement. Pour éviter qu’il ne se gondole au séchage, pensez à tendre le papier encore humide.

Mise en couleur de son fond à l’encre

Les encres de calligraphie ou encore mieux les encres pour l’enluminure de l’artisan Pastellier proche de l’aquarelle conviennent très bien. Opérer comme pour la préparation des fonds à l’aquarelle.

Mise en couleur de son fond à la gouache

Les gouaches sont opaques et mates. Il est possible de donner au support la couleur que l’on veut grâce à la matité de la gouache. Les gouaches sont à base de liant réversibles (gomme arabique colle de poisson,…) et donnent une couche picturale absorbante, ce qui favorise l’accroche du pastel tendre (pastel sec). Enfin et surtout la matité de la gouache se marie idéalement à celle du pastel.
La gouache s’applique au pinceau pour les pour les petites surfaces ou au spalter pour les grandes surfaces. Pour obtenir une teinte semi-transparente, il suffit de diluer plus.

 

Posted on

Le pastel tendre sur des supports petits formats

Le pastel tendre (ou pastel sec) sur des supports petits formats. La réponse technique de l’Artisan Pastellier et la réponse artistique de Marie-Lydie Joffre à une question de Bernard B.

Bonjour,

J’ai découvert votre site par la revue d’art et décoration du mois d’octobre et étant passionné (amateur) de dessin “pastel” et sachant que vous êtes fabricant de pastels secs, une idée me traverse l’esprit depuis un certain temps : peindre des tableaux de grande ou moyenne taille convient très bien au pastel, dès que la taille est réduite, on est souvent obligé d’utiliser le crayon pastel qui, il faut bien le dire n’est pas très pratique car il faut sans cesse le tailler et bien souvent le pastel très tendre casse et il faut constamment recommencer l’opération. Il m’est arrivé de tailler un crayon pastel et de ne jamais réussir à avoir une mine correcte, à chaque fois la mine cédée !!

La question que je voudrai vous poser est la suivante :

– Ne peut-on pas fabriquer un crayon pastel comme ces mines “HB crayon de papier” que l’on insère dans un stylo à poussoir ?

J’insiste encore un peu sur mon crayon pastel (et je vous laisserai tranquille !) en vous joignant une photo d’un stylo que mon épouse utilise pour son maquillage et qui m’a donné cette idée. Ce stylo (Eyeliner) est retractable et possède encore un embout taille-mine (sharpener). Il est vrai que son coût doit être sûrement supérieur à un simple crayon !! Mais qu’est ce qu’il est pratique !

En vous remerciant par avance, recevez, Monsieur, Madame, mes sincères salutations.

La réponse technique de l’Artisan Pastellier

Cher Bernard,

Je ne m’étais jamais posé cette question. Pour les petits formats il est vrai que le pastel tendre est moins facile. Pour les petits détails où les petites surfaces on peut bien évidement travailler avec des éclats de pastels secs ou au crayon de pastel, voir les crayons de couleurs pour les détails très fins. En général pour les petits motifs au pastel tendre on évite de faire des choses trop finies et l’on évite de dessiner trop de détails en gardant un aspect plus flou. Les pastels durs sont mieux adaptés.

En ce qui concerne les mines, il existe les mines de crayons de couleurs mais le résultat n’est pas identiques car les mines de crayons contiennent de la cire et donc on perd le couvrant et la matité. De plus ce côté gras du crayon de couleur ne permet pas de repasser dessus du pastel tendre car il est maigre.

On peut probablement fabriquer une mine en pastel sec, mais elle sera très très fragile, et nécessiterai un diamètre minimum au moins aussi important que les crayons de pastel (voir plus) ainsi qu’un outil type critérium adapté parfaitement. Malheureusement, le marché pour un tel produit semble bien faible en contre-partie de l’investissement à réaliser. Il est donc peu probable qu’il voit le jour.

Peut être êtes-vous tombé sur un crayon pastel de mauvaise qualité, ou peut être que votre système pour le tailler est trop sévère et casse la mine au fur et à mesure.

Voilà, je ne peux malheureusement vous en dire plus.

J’ai oublié de vous rappeler que le eyeliner utilisé en cosmétique est plus un pastel gras et pas un pastel tendre. Mais je regarderai quand même c’est promis.

Cordialement.

La réponse artistique de Marie-Lydie JOFFRE

Cher Bernard,

voici une réponse très fouillée à votre question très intéressante que je vous prie de trouver ci dessous.

Pastel sur support papier petit format

En art pictural, les petits formats sont rares. Les peintres, artistes de la vision, éprouvent la nécessité de grandes dimensions. Et même dans le cadre de dessins ou de pastels, les moyens et grands formats sont très répandus. Par exemple nombre de pastels sur papier calque de Degas approchent le mètre carré, les dessins de Van Gogh sont des formats moyens mesurant jusqu’à 60 cm en grande largeur…

Le petit format, quant à lui, réclame des techniques d’orfèvre. Réduisant le champ visuel, il demande à l’artiste de se concentrer sur le support. Le geste pictural perd alors de son ampleur, au profit d’une manipulation consciente, d’une exigence de précision, parfois de méticulosité. C’est pourquoi ces formats sont souvent exécutés au crayon, à l’aquarelle, à l’encre, laquelle par son fort pouvoir contrastant procure lisibilité jusque dans la miniature, comme c’est le cas de la gravure.

Si la poudre instable du pastel révèle les splendeurs de sa versatilité atmosphérique aux formats grands et moyens, sur petit format elle rend un peu myope ! Pour certains artistes ce flou poétique n’est pas satisfaisant. Alors voici quelques suggestions de réconciliation du pastel, employé pur ou en techniques mixtes, avec le petit format.

Bâtonnet de pastel dur

Un bâtonnet de pastel dur est indiqué dans le travail au trait. A l’aide d’un pastel type Rembrandt de Talens on obtient des lignes nettes, voire fines et jusqu’à très fines si on utilise le bord de la section circulaire du bâtonnet, sectionné à vif.

Crayons pastel et crayons de couleur

Par ailleurs, quelle que soit sa qualité, un bâtonnet de pastel sera toujours préférable à un crayon, pour le chatoiement de la couleur.
Dans la fabrication du crayon, les pigments subissent des traitements sophistiqués : charges pour la dureté, cire dont le liant fixe le pigment et, partant, le fige, lissage, compression de la pâte pour l’introduction dans une gaine…, toute transformation qui altère la fleur du pigment. La texture du crayon, étant devenue statique, ne peut plus frémir à la réflexion de la lumière, contrairement à la poudre du pastel en son vague à l’âme !

Quant à « fabriquer un crayon pastel » de la dureté d’une mine graphite, serait déliter les pigments à l’encontre de la nature intrinsèque du pastel qui est de les magnifier tout en les libérant !

Craies et sanguines

En revanche, les bâtonnets de craie ou de sanguine remplacent avantageusement les crayons pastel et crayons de couleur. A l’instar du pastel, les pigments y sont respectés mais ils sont davantage canalisés, ce qui rend le bâtonnet moins friable que celui du pastel.
Leur conditionnement sous forme de fins bâtonnets compacts, à section carrée, permet une utilisation sur la tranche, ainsi que sur l’arête et le coin, ce qui favorise un graphisme affilé.
Adaptés à la souplesse décisive de la main, qu’ils prolongent, ce sont les cousins des bâtonnets de pastel. En mixité, la texture légèrement adipeuse de la sanguine met le feu à la poudre de pastel tout en l’arrimant au support, la texture sableuse de la craie en renforce le scintillement.

Eclats de pastel

Les éclats de pastel sont bienvenus pour des tracés ponctuels : pointillisme ou autre forme graphique aléatoire, rehaut de-ci, de-là…
Mais le trait, obtenu avec l’éclat de pastel crispé au bout des doigts, manque de dynamique car les doigts n’ont pas assez de prise sur la malléabilité de l’éclat. Ainsi, la velléité de la ligne, la vibration de son déroulement, risquent-ils d’être inhibés, de même que la gestuelle de l’artiste ou encore l’intensité de son sentiment !
Il n’est pas indispensable de travailler avec un matériau de petite dimension pour peindre ou dessiner sur petit format. Au contraire, qui peut le plus, peut le moins, et un bâtonnet de pastel est tout à fait apte à des tracés ténus si l’artiste, faisant corps avec lui, les lui insuffle.
En effet, le confort d’un bâtonnet de pastel bien en main, délivré de son étiquette, dépoussiéré, anticipant la gourmandise provocante de la couleur, propulse l’artiste dans son exploration laquelle en retour inspire le matériau !

Peintures à l’eau

Outre les techniques mixtes sèches, pastel allié à la craie ou au fusain, il est possible de choisir des techniques mixtes humides ou tout à la fois !
Des traits fins ou des aplats de gouache, aquarelle, encre, acrylique, lacés à un lacis de pastel, et voilà que la technique sèche se délecte à la source de la peinture qui à son tour s’enrichit du limon poudreux du pastel. Ces peintures à l’eau offrent, par ailleurs, au pastel un supplément de fixation au support.
A propos, essayer de peindre à l’aide de pigments purs liés à la gomme arabique. On retrouve dans ce procédé les textures du pastel. De plus, les tonalités sont ardentes et la couche picturale bénéficie d’une bonne accroche au support.

Pastel au trait

Toutefois, le pastel pur, travaillé au trait de préférence, s’adapte bien au petit format. Un réseau raffiné de lignes superposées, juxtaposées, par le jeu de l’entrelacement donne souvent une matière cinétique, tout en faisant éclore des détails sans l’obligation de les y insérer. A ce jeu, toute qualité de pastel convient. A l’artiste de doser le matériau, et par exemple, de travailler les tracés moelleux et lumineux à l’économie, pour en conserver la force intacte dans la rareté, et le pastel sec et léger en faisceaux de couleurs !

Le support

Le support a sa part de créativité à égalité dans l’acte de peindre. Outre la superficie, la texture du papier et la préparation du fond ajoutent leur caractère à l’œuvre et sont essentiels pour sa mise en valeur. Le petit format invite à varier les supports à volonté jusqu’à l’approche du ressenti d’une bonne adéquation avec la technique picturale.
Ne pas craindre d’expérimenter des surfaces à l’encontre de ce qui est établi ! Des pastels sur papier-calque, ceci pourrait sembler risqué. Pourtant ce sont là, les plus somptueux pastels de Degas, exécutés par superposition de hachures dans tous les sens. Chaque couche était fixée, ce qui permettait de les accumuler et de donner de la profondeur à la remontée des fonds en surface.
Pour solliciter une dynamique, pourquoi ne pas commencer à peindre à l’aide d’une technique maigre, sur un grand format ? Puis découper la peinture en petits formats à rehausser au pastel ou autre technique ?
Le petit format présente aussi l’avantage de pouvoir être réalisé en série. Cette façon de peindre où chaque unité se révèle par rapport à l’autre pousse à l’innovation.

Tout est à faire, et le pastel sur petit format à créer !

Visitez le site de Marie-Lydie JOFFRE conacré au pastel et qui fourmille d’informations pertinentes

Posted on

Pastels tendres ou à l’huile – L’atelier du pastelliste

Pastels tendres ou à l’huile – l’atelier du pastelliste. Le matériel du pastelliste, l’organsisation de son travail et de son lieu de travail.
L’atelier du pastelliste

L’atelier, le pastel en intérieur :

L’atelier du pastelliste est un lieu lui appartenant en propre. L’artiste doit pouvoir s’y isoler totalement du monde si son travail de créativité le nécessite. Ce lieu peut être plus ou moins grand, mais il doit être convivial et fonctionnel. C’est-à-dire un lieu où le pastelliste se sente à l’aise et donc heureux de venir y travailler.

Le pastelliste en dilettante ou l’amateur de pastel pourra se contenter d’un minimum par exemple occasionnellement un partie de pièce (salle à manger familiale, bureau,…), mais ne pourra pas faire l’impasse sur l’éclairage, le minimum d’ordre et les rangements des pastels.

L’ambiance :

En intérieur le pastel (pastels tendres, secs, pastels à l’huile ou gras) doit se pratiquer dans de bonnes conditions pour éviter la déprime et le manque d’inspiration qui l’accompagne. Il conviendra donc de préférence de travailler le pastel dans des conditions agréables. Un fond musical (radio, disques), chauffage, ambiance fleurie, etc. peuvent bien évidemment y contribuer.

L’éclairage :

Un bon éclairage permet au pastelliste de moins se fatiguer et de percevoir parfaitement les moindres nuances de couleur.

La lumière naturelle
L’éclairage naturel doit être de préférence de côté. On positionnera son chevalet ou son plan de travail pour que la lumière tombe par la gauche si l’on est droitier ou par la droite si l’on est gaucher pour ne pas porter son ombre sur l’œuvre au pastel.

La lumière artificielle
Lorsqu’il fait sombre, en hiver ou la nuit, un éclairage artificiel est alors nécessaire pour avoir une bonne lumière d’ambiance. Si besoin, il faut prévoir quelques lampes orientables pour mettre en valeur le modèle. Et un éclairage direct du travail des pastels tendres ou à l’huile, pour ne pas se fatiguer les yeux.

Les meubles :

Le minimum
Une surface de travail du pastel table (ou un chevalet), un siège confortable, un grand carton à dessin pour stocker ses pastels, un placard ou une étagère pour entreposer la boîte de pastels tendres ou de pastels à l’huile et le matériel.
Si l’on dispose de surface ou d’une pièce dédiée à la peinture au pastel, on pourra installer un canapé ou un lit (ou matelas) qui serviront aux modèles à poser. De cartons grandes tailles, d’étagères ou poser ses bibelots et objets de décor, meubles de rangement. Des cimaises pour accrocher les pastels ou des photos. On peut aussi penser au bien-être de ses visiteurs et prévoir 1 ou 2 fauteuils confortables et une machine à café ou un petit frigo avec boissons.
Le principal c’est d’être bien dans un lieu qui respire l’envie et le besoin de créer ses œuvres au pastel.

Le matériel complémentaire :

Crayons noirs à mine tendre, fusains, mine de plomb, craie dure blanche et sanguine pour les premières esquisses et la mise en place de l’œuvre de pastel tendre.
Crayons craie et crayons de couleurs pour les traits et tracés fins, notamment pour les figures ou pour les rehauts…
Estompes papiers de différentes grosseurs, pour les estompages du pastel plus fins qui ne peuvent pas être fait avec le doigt.
Gomme souple et gomme mie de pain pour effacer le pastel tendre.
Pinceau éventail ou brosse douce pour retirer de la matière de pastel tendre sur l’œuvre.
Chiffons, mouchoirs papier pour nettoyer, estomper ou dépoussiérer le pastel tendre.
Support plan rigide et pinces larges pour maintenir plaquées et tendues les feuilles à dessin.

Au grand air, le pastel en extérieur

UN chevalet de campagne et un tabouret sont le minimum nécessaire. Une caissette pour poser son coffret de pastel tendre et le matériel.
Il existe aussi les boîtes-chevalets qui sont faciles à transporter, chevalets pliants qui possède une boîte (à l’origine destinés à recevoir les tubes de peintures) où l’on peut placer ses pastels tendres et le matériel.
En extérieur choisir un endroit à l’abri du vent et du plomb du soleil et qui permette un repli rapide en cas de pluie.

Posted on

Pastels tendres – Les supports pour le pastel tendre

Enumération de quelques papiers et les cartons qui sont de bons supports pour le pastel tendre (ou pastel sec).

Les papiers pour le pastel tendre

Une grande quantité de papiers sont adaptés pour les pastels secs ou tendres. Ils doivent néanmoins être suffisamment rigides pour que la couche picturale de pastel ne risque pas de se décrocher lors de pliure ou de froisser l’œuvre lors des manipulations de l’œuvre. Les papiers ne doivent pas non plus être trop lisses, pour permettre l’accroche des particules de pastels tendres. On dit que les papiers ont une surface structurée.
Le grammage minimum pour les papiers pour les pastels tendres est 160 gr/m2.

Les couleurs du papier pour pastel tendre

La couleur du papier donc celle du fond joue un rôle dans l’œuvre au pastel. Des effets sont obtenus suivant que l’on recouvre totalement de façon opaque ou par touches légères de façon translucide ou bien que l’on laisse le papier vierge par endroit. Suivant la teinte du papier, la couleur de la couche de pastel peut présenter des nuances différentes et paraître plus ou moins lumineux. Il est à noter que la teinte du papier pour pastel doit être stable à la lumière, en effet si le papier se décolore à l’endroit ou le pastel ne le recouvre pas l’œuvre en sera affectée.

Quelques papiers utilisés pour le pastel tendre (ou pastel sec)

Le pastel card
Sa texture est légèrement abrasive et provoque une usure plus rapide des pastels tendres si l’on travail vigoureusement. C’est un support bien adapté aux pastels tendres, car il procure au pastel une bonne adhérence. Il donne d’excellents résultats avec le pastel tendre (pastel sec).

Le papier Ingres
C’est un des papiers les plus utilisés pour le pastel tendre. Si le trait n’est pas trop appuyé, le grain du papier apparaît, en jouant sur l’estompage ou pas du pastel on aura du grain ou pas.

Le papier à dessin
Pour le pastel tendre on choisira un grammage d’au moins 160 g/m2, et on travaillera sur la face la moins lisse.

Le papier velours
Sa surface veloutée et le fait que l’on peut difficilement faire des traits très fins donne de la sensualité aux pastels. Il augmente aussi l’éclat des couleurs du pastel. On peut le trouver en feuilles ou bien en rouleau à découper de 50 cm de large et 10 m de long.

Le papier aquarelle
Le papier aquarelle convient parfaitement à la technique du pastel tendre, notamment les papiers à pressage moyen, ou même granuleux. Et surtout le papier aquarelle reçoit à la fin de sa fabrication une couche de colle qui favorisera l’accroche du pastel tendre.

Le papier de verre
Le papier de verre présente une surface rugueuse où le pastel tendre accroche bien. Il existe en plusieurs teintes (noir, sable, …). Les granulométries les plus fines sont indiquées au pastel. Les papiers de verre sont un support agréable pour travailler le pastel tendre avec des touches fermes. Attention toutefois à l’usure des pastels.

Les papiers recyclés
Plusieurs fabricants proposent aujourd’hui des papiers recyclés dont la texture est intéressante pour pratiquer le pastel tendre.

Les papiers à peindre
Ces papiers ont été pressé pour donner à sa surface une structure toile fine et recouvert d’un primer universel qui facilite l’accrochage des particules de pastels tendres.

Les cartons

Les cartons de renfort de reliure
Souvent blancs ou gris ce sont des supports bien adaptés à la technique du pastel tendre.

Les cartons ondulés ne conviennent pas.

Les cartons à peindre dit « cartons universels »
Ce sont des cartons rigides sur lesquels une toile de coton est marouflée, et préparée avec un primaire maigre. Le tissage fin de la toile de permet une bonne adhérence des pastels tendres.

Comme les papiers, les cartons sont sensibles et se gorge d’eau en atmosphère humide. Le support est alors à la merci des bactéries et des champignons qui peuvent piquer, tâcher, voir endommager plus encore le pastel. Les supports peuvent aussi se gondoler.

Choix du support

Le mieux est de tester vous-même plusieurs sortes de supports pour apprendre à connaître leur réaction avec le pastel tendre et trouver ceux qui vous conviennent les mieux.

Avant de travailler, après avoir choisi le sujet, l’artiste devra tenir compte d’un certain nombre de paramètres comme la lumière, la pose, le fond pour sélectionner la texture, la couleur et la qualité du support dont il a besoin pour son œuvre au pastel tendre.

Posted on

Pastels tendres – Préparer son support pour le pastel tendre

Technique pour préparer un support pour pastel tendre à texture.
Pastels tendres – Préparer ses supports pour pastels tendres.

Donner du grain à votre support 

Intérêt :

Les pastellistes qui aiment travailler à traits vigoureux pour faire transparaître la force et la puissance dans les touches de pastels tendres, auront indéniablement besoin des surfaces plus grossières.
Pour obtenir des surfaces structurées pour le pastel tendre, on collera au support des matériaux tels que pierre ponce, poudre de marbre, sable fin, poudre de liège, …

Etape 1 : Encoller la surface
On utilisera de préférence comme colle un liant acrylique. La colle de peau ou la gomme arabique sont sensibles à l’humidité (réversibilité) et aux attaques bactériennes. A l’aide d’un spalter (brosse large) on applique une couche de liant.

Etape 2 : coller la poudre
Sur la couche de liant encore frais on verse la poudre au travers d’un tamis ou d’une passoire de manière à déposer une couche d’épaisseur homogène sur toute la surface.

Etape 3 : Presser
On viendra presser la poudre contre le liant à l’aide d’un carton en appuyant avec la main ou avec un rouleau à pâtisserie (ou une bouteille).

Etape 4 : Oter le surplus
Laisser sécher, puis on élimine le surplus qui ne s’est pas fixé en tapotant le support.

Voilà votre support pour pastels tendres (ou secs) est prêt.