Publié par

coffret 10 bleus pastels tendres de l’Artisan Pastellier

coffret 10 bleus

Il existe une infinité de bleus différents. Nous avons réuni les plus beaux dans cet assortiment de 10 pastels tendres.

Le bleu sombre spécialement créée pour répondre à la demande des pastellistes qui manquent souvent de couleurs sombres pour poser les ombres au commencement du tableau.

Le bleu hussard dont la teinte rappelle le code couleur AC620 bleu hussard de la marque Citroën dans les années 70 et bien évidemment la couleur de l’uniforme du 9ème régiment de Hussard sous Napoléon.

Le lapis contre-type de la couleur du lapis-lazuli pierre semi-précieuse que les peintres et les enlumineurs achetaient une fortune et qui gardait tout son éclat dans le temps.

L’outremer, pigment artificiel a été inventé par le chimiste français Jean-Baptiste Guimet. Nos grands-mères le connaissent bien. Elles s’en servaient pour « blanchir » le linge par effet d’azurage optique.

Ciel est un bleu clair et couvrant.

Le bleu phtalo est issue du pigment de phtalocyanine. C’est une couleur très puissante et de grande intensité.

Le bleu de Prusse, premier pigment synthétique moderne, est un bleu tirant vers le gris au pouvoir colorant d’exception.

Le gris de Prusse, donne une nuance très appréciée idéale pour les ciels de mer ou d’hiver.

Le bleu horizon en hommage au bleu des uniformes des poilus de 14, se rapproche plus du bleu à l’horizon des montagnes.

Le bleu Yukon est en fait un gris bleu, qui rappelle les eaux froide du fleuve Yukon au Canada.

Comme dirait Cathy à la boutique :

Ils sont tellement différents qu’on pourrait faire un tableau en n’utilisant que ça.

Vous retrouverez la texture veloutée qui a fait le succès de notre gamme de pastels tendres dans un coffret en carton recyclé. Vous pouvez aussi les acheter à l’unité et les mélanger à d’autres couleurs pour créer votre propre coffret personnalisé. Alors n’hésitez pas et venez plonger dans le grand bleu de l’Artisan Pastellier !

Le bleu dans tous ses états.

Une peur bleue… Mais d’où vient cette expression ?

Peut-être d’aussi loin que l’antiquité ! Les barbares du nord qui harcelaient l’empire romain avant sa chute, se peignaient le visage et parfois le corps en bleu avant la bataille. De plus ils avaient presque tous les yeux bleus. De ce fait les romains détestaient le bleu. La couleur des barbares et des prostituées. Contrairement aux égyptiens, ils n’aimaient que le rouge et le pourpre. Le mot bleu d’existe pas en latin. Il vient du germain Blavus.

Corps-bleu
Peur bleue. Corps bleu

Ouvrage sur le bleu

Si on en croit Michel Pastoureau, auteur de l’ouvrage de référence Bleu, cette couleur fut dédaignée jusqu’au Moyen-Âge. Assimilée à la transparence comme celle du ciel et de l’eau, elle ne figurait pas dans la liste des couleurs officielles. Ce n’est qu’à partir du XIV ère siècle qu’elle devint la couleur préférée des français et elle l´est restée depuis. Puis le bleu est attribué à la couleur du manteau de la Vierge Marie et devient la couleur du roi et donc tout le monde l’apprécie. C’est une couleur noble, chic et chère !

livre-bleu-pastoureau
Livre BLEU Pastoureau sur le mot bleu.

Le bleu du Pays de Cocagne

A partir du XII ème siècle le bleu du pastel des teinturiers (plante tinctoriale) fera la fortune du pays d’Oc. L’Albigeois et le Lauragais furent de gros producteurs de bleu pastel, une teinture grand teint vendue à prix d’or dans toute l’Europe jusqu’à l’arrivée de l’indigo des colonies antillaises au XVII ème siècle. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler…

Fleur-pastel
Fleur de pastel vers le ciel

Les touaregs, nomades du désert étaient surnommés les hommes bleus à cause de leurs voiles indigo qui laissaient des traces de bleu sur leur visage. Teinture bleue issue de l’indigotier.

Allez les bleus !

Les soldats du premier empire portaient une veste bleue, remplacée pendant la guerre de 14-18 par le bleu horizon plus discret. Bleus, les soldats français mais bleu aussi les sportifs français qu’ils soient footballeurs, rugbymans ou handballeurs, ce sont toujours nos bleus !

Le bleu dans l’Art

Le cinéma et la BD aussi font la part belle au bleu. Avec les magnifiques Na’vis, les habitants de la planète Pandora dans Avatar de James Cameron, les super héros comme comme Mystique de Xmen, Nebula des Gardiens de la Galaxie chez Marvel et nos petits Stroumphs ! On trouve aussi des films comme Bleu de Kieslowski, Le grand Bleu, Bleu comme l’enfer, Mickey les yeux bleus, L’ange bleu pour ne citer qu’eux.

Dans l’art, le peintre Yves Klein s’est approprié la couleur en créant son propre bleu sur des toiles totalement monochromes.

Picasso et sa période bleue.

mère-enfant
Mère à l’enfant

Plus près de nous en Occitanie l’artiste Vanessa Aja n’utilise que du bleu pour ses toiles avec une préférence pour le bleu de Prusse.

Le couturier Yves Saint Laurent a dédié sa maison de Marrakech au bleu qui devint le bleu Majorelle du nom de la célèbre villa.

Bernard Bistes, qui nous a malheureusement quitté récemment, se servait de la peinture rustique au bleu de pastel pour préparer ses fonds, pour la finesse de son bleu gris.

Et si on finissait en chansons ?

La couleur est la plus utilisée chez les auteurs du monde musical. Les mots bleus de Christophe, Fantaisie bleue de Michel Fugain, Le monde est gris, le monde est bleu de Éric Charden, Les bleus au cœur de Patrick Juvet, Plus bleu que le bleu de tes yeux de Edith Piaf… Tant de mélodies qui nous trottent tant la tête. Moins connue mais si jolie, Bleu, une chanson écrite par Francis Cabrel et chantée par Nolween Leroy dans le conte musical Le soldat rose 2. « C’est la couleur du bonheur et la couleur de la peur… » dit-elle.

Publié par

Coffret lumières pastels tendres de l’Artisan Pastellier

Coffret 10 lumières

La lumière :

Les contrastes entre l’ombre et la lumière apportent un relief indispensable à vos œuvres.

Dans la réalité la couleur dite « blanche » est rarement blanche et même si le blanc pur reste indispensable à votre palette, vous avez besoin de nuances différentes pour éclairer vos pastels.

On utilisera un blanc chaud ou un blanc froid suivant le travail que l’on souhaite effectuer et le résultat à obtenir.

Dans la langue des inuits il existe plus de onze mots pour blanc! Cela se comprend assez bien sur la banquise.

Dans notre langue, on différencie aussi plusieurs sortes de tons proches du blanc ou en associant un adjectif : blanc brillant, blanc d’Espagne, blanc d’argent, ivoire, blanc crème, lune,…

Les ombres et les lumières peuvent donner du volume aux objets, marquer les reliefs. On s’en rend parfaitement compte en observant l’influence des rayons du soleil et des nuages sur un même paysage à différentes heures de la journée et en fonction des saisons.

A votre écoute :

Lorsque nous participons aux salons de pastellistes dans toute le France, nous sommes à l’écoute des artistes sur leurs attentes, leurs désirs et leurs manques en matière de pastels secs. 

Il est ressorti de ses dialogues que les pastellistes regrettaient le manque de choix en couleurs très claires dans leurs marques préférées. 

Pour combler ce manque, nous avons créé le coffret Lumières. 10 pastels tendres aux teintes lumineuses, très claires, couvrantes et très nuancées qui apporteront des touches de lumière éclatante à vos tableaux.

Les teintes Lumière de notre gamme de pastels tendres vous permettront diversifier les nuances de vos zones lumineuses. La gamme lumière vous permettra de donner les effets d’éclat de lumière, de zones éclairées,…

 

Le conseils du pastelliste confirmé Louis Guillochon

« Les couleurs claires donnent de la profondeur au tableau sur on les utilise au premier plan voir au second, nous explique le pastelliste Louis Guillochon. On peut les superposer à d’autres couleurs si le pastel employé dessous est plus dur ou poncé. Il est également possible de les laisser libre les emplacements pour appliquer ces touches de lumière au dernier moment. »

Son tableau Le printemps est un bon exemple avec ce merveilleux effet de rayon de soleil traversant une touffe de fleurs des champs.

Le-printemps
Jeux de lumière

 

Les commentaires de la Professeur  de Pastel Dany Dangelser :

Je conseille à mes élèves les pastels couleurs LUMIERES de L Artisan Pastellier 

Le  coffret  couleurs lumière  est indispensable, j’avais demandé à Didier de nous sortir une gamme de très clair  correspondant à nos amis Américains.

Je dois dire qu’il sont supérieurs.

Les nuances de cette gamme sont  magnifiques, c’est un régal pour les yeux .

En pratique  c’est un régal !  c’est encore plus sympa !

Il est très agréable de les utiliser,  pour le rendu  obtenu ,  j’aime ce velouté, ce crémeux,   cette  douceur,

DE PLUS ILS NE SONT PAS FRIABLES  ni cassants. Aucune marque  n’égale ce produit.

 NOUS ATTENDONS les presque blancs ? Même gamme mais plus clair encore .

BRAVO et MERCI

Dany Dangelser

Présidente de Pastel en Yvelines

Présidente du Cercle d’Arts  de Maurepas

reflets pétales
Dany Dangelser

 

Les spécialistes de la lumières :

Les impressionnistes :

Mieux que quiconque, les impressionnistes ont su capter la lumière naturelle dans leurs tableaux quelque soit leur technique, pastels secs ou peinture à l’huile. Ce n’est pas pour rien qu’ils préféraient travailler en plein air que rester enfermer dans leurs ateliers. Le miroitement du soleil sur l’eau, l’éclat d’une chevelure, la transparence du ciel, autant de détails qui donnent à leurs tableaux cette vérité et cette beauté inégalée. 

Il suffit d’admirer les sublimes pastels d’Edgard Degas pour ressentir cet éblouissement. Les jeux habiles de transparence des danseuses sous les lumières de le scène.Afficher l’image source

Toulouse-Lautrec, admirateur du travail de Degas, utilise également à merveille les éclats de lumières sur les chevelures ou les intérieurs feutrés des maisons de plaisir.Résultat d’images pour toulouse lautrec pastel

De même le « coucher de soleil » ou « l’homme au fournil » de Camille Pissarro sont baignés de lumière grâce à des couleurs claires utilisées à bon escient.Afficher l’image source

Le siècle des lumières et les pastellistes :

La lumière a une rôle essentielle dans nos vies, puisque par essence même elle est la source de la vie sur cette Terre. La lumière c’est aussi cet élément essentiel qui donne de la couleur de l’éclat et de la beauté a toutes choses sur lesquelles elle se pose. Quand il n’y a pas de lumière l’oeil ne voit plus les couleurs et donc tout devient gris.

On parle du XVIIIème siècle comme du « siècle des lumières ». Les penseurs, philosophes, artistes, hommes politiques,… du siècle des lumières avaient pour ambition de laisser l’obscurantisme, les superstitions, les droits de caste, … Sans surprise le siècle de lumières est aussi l’âge d’or des pastellistes et du pastel. Citons les plus connus Maurice Quentin de la Tour, Rosalba Carreira, Jean-Baptiste Siméon Chardin, Elisabeth Vigée-Lebrun.

autot-portrait aux bésicles
rayon de lumière sur

 

Quelques citations fort à propos pour nous rappeler l’importance de la lumière dans nos vies et dans l’Art :

Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension.
Carl gustav jung

La vie c’est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.  Louis-ferdinand Céline.

Qui cherche la perfection doit découvrir dans sa propre vie le reflet de sa lumière intérieure. Okakura Kakuzo

A certains moments de notre vie, notre propre lumière s’éteint et se rallume par l’étincelle d’une autre personne.
Albert Schweitzer

Publié par

Coffrets à composer soi-même – Nouveauté pastels tendres.

Coffrets à composer

Les coffrets de pastels tendres (pastels secs) à composer soi-même

Coffret de 10 et coffrets de 20 tendres (pastels secs) à composer soi-même

2020 aura été l’année de la COVID 19 et du confinement. Plus de possibilité de se rendre sur les salons de pastellistes car la quasi-totalité de ces salons ont été annulés, et donc plus de possibilité de rencontré les fabricants de pastels présents aux vernissages, ni d’échanger avec les autres artistes pastellistes sur les pastels.

En ces temps de confinement et du développement de la vente à distance, l’Artisan Pastellier a décidé de se relever les manches et de s’adresser directement à ses clients pastellistes pour leur donner la possibilité de composer en ligne des coffrets de 10 ou 20 pastels secs. Choisir leurs couleurs préférées de pastels secs ou celles qui manque à leur palette et dont ils ont besoin.

Avec la facilité du choix comme ils le feraient en magasin devant un présentoir à pastels tendres (pastels secs) à la boutique de l’Artisan Pastelllier.

Le « à composer soi-même » est actuellement cantonner à peu de service ou de produit, les exemples sont très restreints : box cadeau, boîte infusions ou thés, meubles de dressing modulable ou de cuisine.

C’est pourquoi nous avons du mettre en place un logiciel complexe capable de répondre à cette demande.

Comment ça marche ?

Composer son coffret

Composer son coffret se fait en 2 parties

Une première partie « faire une liste des pastels »

Cette étape est la plus importante. Elle peut être assez longue et compliquée. Si l’on sait parfaitement ce dont on a besoin tout va bien. Si l’on hésite sur les couleurs à sélectionner et le nombre de pastels secs, ça peut être plus difficile voir un véritable casse-tête.

Choix des couleurs

Le plus compliqué : c’est faire une liste des 10 ou 20 couleurs.

Une deuxième partie

Aller sur le site l’Artisan Pastellier et passer la commande, il suffit pour cela de sélectionner une par une les 10 ou 20 couleurs choisies.

Couleur 1 : je coche parmi les 40 couleurs proposées

Couleur 2 : je coche parmi les 40 couleurs proposées

etc, …

nuancier 40 couleurs
nuancier 40 couleurs

 

Pour rappel

Les coffrets sont en papier recyclé.

Il existe aussi toujours les coffrets thématiques de pastels tendres

La superbe palette des teintes des pastels tendres se déclinent en 11 coffrets de 4 pastels (les ocres, les terres, les sanguines, les rouges, les jaunes, les verts, les turquoises, les bleus, les violets le coffret des 4 couleurs du pastel des teinturiers, et le coffret des 4 couleurs végétales.

Les coffrets thématiques de 10 pastels, « 10 découverte » (couleurs de base), portrait, paysage et terres.

Il y a aussi les coffrets thématiques de 20 pastels, « 20 découverte » (couleurs de base), portrait et paysage.

Enfin les coffrets thématiques de 40 pastels tendres.

Publié par

Patrick FOUILHOUX teste nos encres et aquarelles

Les aquarelles extra-fines de l'Artisan Pastellier

Aquarelles artisanales : la simplicité du monopigmentaire

L’aquarelliste Patrick FOUILHOUX a testé pour nous des aquarelles en tubes et godets et des encres de l’Artisan Pastellier. Verdict.

DES COULEURS MONOPIGMENTAIRES
Aquarelles en tube pour la peinture« J’ai d’abord noté une odeur dans certains pots d’encre, notamment la couleur prune, qui sent ce fruit. Je trouve que c’est un plus, car la peinture c’est aussi des sensations, et une odeur agréable peut stimuler l’imagination. Ce qui m’a immédiatement frappé, c’est que certaines de ses couleurs naturelles font aussi bien que leurs homologues chimiques. Mais elles ont l’avantage d’être monopigmentaires, ce qui en aquarelle, est un vrai plus.

Les couleurs testées tiennent bien la route, je ne ferai qu’un reproche : l’absence d’une gamme complète. Le bleu de pastel véritable est vraiment magnifique. La couleur laque de noyer se rapproche d’une couleur terre d’ombre brûlée. Le noir de campêche est également original. Je mettrais un bémol sur le jaune de mûrier, trop clair à mon goût, car je préfère peindre avec des jaunes intenses. Le rouge de cochenille éclatant est aussi une belle surprise.

MATIERE ET CONDITIONNEMENT
Nu de l'aquarelliste Patrick FOUILHOUXSur la consistance, j’ai tendance à préférer les tubes d’aquarelle, qui me semblent contenir plus de liant que les godets. Du coup, elles ont un aspect plus crémeux. Pour les godets, la consistance est différente mais la puissance du pigment est équivalente. Leur conditionnement est original. Par contre le bleu de pastel véritable est livré dans un godet circulaire que je ne peux pas ranger dans ma boîte à godets. Les encres sont tout de suite utilisables, et elles offrent une belle profondeur (foncée). »

« L’aquarelliste peut réduire sa gamme de couleurs contrairement au pastelliste. J’incite mes élèves à diminuer les leurs. On peut obtenir des couleurs par mélange. Après, il faut avoir des couleurs plaisir ».
« Pour réaliser mes nus, j’utilise souvent une seule couleur. Dans ce cadre, ces produits sont parfaitement. »

Source : Pratique des Arts n°110 juin- juillet 2013 – Textes Anne Daubrée et Arnaud Dimberton – Page 51

Publié par

PASTEL – Et si vous faisiez vos produits vous-même ?

LES COULEURS AU NATUREL

En Provence, Didier BOINNARD auparavant chimiste chez SENNELIER, a ouvert un atelier de fabrication de produits beaux-arts. « J’utilise des recettes trouvées dans des livres anciens sur les teintures » explique ce passionné qui réalise une partie de sa gamme avec des pigments naturels. Près d’Albi, là où Didier BOINNARD a établi son atelier, on est en train de retrouver un autre savoir-faire : une petite centaine d’hectares de guède – ou pastel -, une plante tinctoriale, est aujourd’hui cultivée. Cette plante avait fait la fortune de la région à la Renaissance, puis avait sombré dans l’oubli. « Aucun pigment chimique n’est parvenu à imiter cette couleur. La molécule est la même que l’indigo, mais celui-ci contient de l’indirubine, qui tend vers le rouge, alors que la partie jaune de la plante lui donne une touche de gris » explique Denise SIMEON-LAMBERT, co-fondatrice de la SARL Bleu de Pastel de Lectoure. Avec son mari, elle a consacré sa vie à faire renaître la guède. Pour elle, pas de doute : « Les couleurs chimiques sont plates, sans profondeur, elles n’ont pas d’âmes ». Actuellement la redécouverte des plantes tinctoriales n’est pas limitée à la guède. L’association Couleur Garance a mis sur pied un jardin conservatoire de plantes tinctoriales qui compte environ 300 espèces. Aux Pays-Bas, en Inde, dans d’autres pays encore, les cultures de telles plantes ont redémarré…

L’Artisan Pastellier : la Renaissance des couleurs

Fort de son expérience de chimiste chez SENNELIER, Didier BOINNARD s’est mis à réaliser artisanalement des produits beaux-arts. Il a implanté son atelier dans la région Midi-Pyrénées, où l’on cultive à nouveau la guède, une plante tinctoriale. Celle-ci fait partie des pigments naturels qu’il utilise et affectionne. « Ils donnent une transparence très intéressante qui permet de travailler la profondeur. En revanche, leur tenue à la lumière sera moins bonne que pour les pigments synthétiques. » Dans sa gamme d’encres et de pastels, Didier BOINNARD propose des couleurs spécifiques comme la laque de noyer et la laque de gaude pour les encres. Travaillant avec des techniques très traditionnelles, l’artisan ne s’interdit pas les pigments synthétiques pour élargir sa gamme. Mais il essaie d’éviter les mélanges. Il commercialise ses produits via différents canaux, y compris son site internet. Et il travaille aussi en direct avec les artistes…

Pratique des Arts n°110 juin- juillet 2013
Textes Anne Daubrée et Arnaud Dimberton
P46, 48
Extraits de l’article Matériel alternatif, recettes maison. Et si vous faisiez vos produits vous-même ?

Publié par

Pastel – DETOURS EN FRANCE – spécial Albi – N° 167H – Mai 2013-05-12

Rencontre avec CATHY JACOB
LA FIGURE ALBIGEOISE DU PASTEL

Elle s’appelle Cathy Jacob et cette maîtresse-femme est devenue, d’une certaine manière, le représentante albigeoise du pastel. Aux commandes de la boutique L’Artisan Pastellier, dans le vieil Albi, elle écoule la production de son compagnon Didier Boinnard, créateur d la marque et l’un des seuls en France à faire de la teinture de manière artisanale. Le pastel, couleur fétiche de la France dès le XIVè siècle, a fait la fortune d’Albi jusqu’au XVIè siècle. Il retrouve une nouvelle vigueur depuis 20 ans. « Avec le pigment de pastel, nous fabriquons de la peinture – le fameux « bleu charrette », ndlr -, de l’aquarelle, de l’encre, des pastels gras et secs, des textiles teints… Sur les vêtements, le pastel est d’une grande douceur et résiste au lavage et à la lumière », explique Cathy. Une ode au bleu qui se décline jusqu’aux poutres de la boutique, couleur ciel délavé. Les clients, touristes, artistes, semblent apprécier.

Magasin L’Artisan Pastellier, 5, rue Puech Bérenguier. 05 63 38 59 18 (atelier à Gaulhet : 05 63 42 12 23).

DETOURS EN FRANCE – spécial Albi – N° 167H – Mai 2013-05-12
P 45

Publié par

PASTEL – MIDI-PYRENEES PATRIMOINE – Printemps 2013 – LE PASTEL, BLEU DE COCAGNE

LE PASTEL, BLEU DE COCAGNE

Didier Boinnard est l’un des entrepreneurs qui a pu profiter du dynamisme défricheur des époux Lambert. A l’âge de trente-huit ans il est licencié de son poste de chimiste formulateur. Par sa femme Claire Delahaye, il connaît l’existence de la peinture au pastel. Son beau-père, Gilbert Delahaye, tisserand d’art à Cordes, s’était employé dans les années 1970 à teindre artisanalement ses fils avec l’indigo indigène et d’autres pigments de végétaux comme le rouge de garance et le jaune de gaude. Didier Boinnard approche les détaillants d’articles de beaux-arts qui de montrent intéressés par son projet de créer des produits à base de couleurs naturelles, offrant une alternative aux marques utilisant des colorants de synthèse. « A la même époque, Henri Lambert cherchait quelqu’un pour reprendre la fabrication des peintures, pastels et encres pour artistes qu’il avait lancé », raconte Didier Boinnard. Créée en 1999, la société L’Artisan Pastellier s’installe dans le vieil Albi « sur le modèle médiéval nous habitions dans les étages supérieurs ; au premier se trouvait les bureaux et au rez-de-chaussée le magasin ».

Depuis, la petite entreprise s’est un peu étoffée (trois personnes aujourd’hui, dont deux à temps partiel) et le siège social a déménagé dans une friche industrielle de Graulhet où Didier Boinnard a pu donner de l’espace à la fabrication de ses pastels tendres, pastels à l’huile, aquarelles, encres et pigments.

DES PRODUITS DE NICHE

Didier Taillefer photographe au magazine Patrimoine Midi-Pyrénées, en action à l’atelier de GRAULHET de l’Artisan Pastellier

Avec un chiffre d’affaire de 145000 euros en 2012, il sait qu’il est « sur un marché de niche. La moitié de ses revenus provient des produits directement du colorant de pastel, en cumulant la vente des produits et les activités du magasin.

Aussi Didier Boinnard développe-t-il des gammes complémentaires, en particulier des teintes rares obtenues à partir de plantes, de bois ou de cochenille. L’Artisan qui vend ses articles sous sa propre marque et sous sept autres est confiant dans l’avenir : « les colorants végétaux prennent de l’intérêt car la hausse du coût des énergies fossiles rend les colorants chimiques à base de pétrole moins concurrentiels. C’est déjà le cas du rouge chimique, désormais au même prix que le rouge de garance. »

MIDI-PYRENEES PATRIMOINE – Printemps 2013 – LE PASTEL, BLEU DE COCAGNE
Page 72 extrait de l’article rédigé par Dominique Crébassol