Publié par

LE PASTEL AUJOURD’HUI – Art et Décoration n°446

LE PASTEL AUJOURD’HUI _ Extrait de l’article d’Art et Décoration n°446 octobre 2008 page 218 et 219. ALBI, la ville rouge.
ART ET DECORATION n°446 Octobre 2008 page 218 et 219

LE PASTEL AUJOURD’HUI

Didier BOINNARD, artisan pastellier, réutilise aujourd’hui le pastel d’autrefois soit en teintures, encres, peintures, soit en pastels secs ou tendres, ces derniers étant fabriqués à l’ancienne à partir de pigment, de craie ou de talc et de gomme arabique. On obtient toujours une suite de treize teintes nées du pastel, des dégradés des bleus plus ou moins intenses…
Les autres couleurs sont également réalisées à partir de pigments naturels issus de la garance pour les rouges, de la gaude pour les jaunes et du noyer pour les bruns.

Le bleu pastel à l’ancienne, tel que le fabrique encore Didier BOINNARD, artisan pastellier, se décline en une douzaine de nuances.

Clin d’œil l’Artisan Pastellier a photographié à son tour les journalistes d’Art et Décoration lors de leur visite à notre atelier de GRAULHET.
Journaliste Pierre FAVETON, photographe Bernard LADOUX.

Publié par

Le pastel tendre sur des supports petits formats

Le pastel tendre (ou pastel sec) sur des supports petits formats. La réponse technique de l’Artisan Pastellier et la réponse artistique de Marie-Lydie Joffre à une question de Bernard B.

Bonjour,

J’ai découvert votre site par la revue d’art et décoration du mois d’octobre et étant passionné (amateur) de dessin « pastel » et sachant que vous êtes fabricant de pastels secs, une idée me traverse l’esprit depuis un certain temps : peindre des tableaux de grande ou moyenne taille convient très bien au pastel, dès que la taille est réduite, on est souvent obligé d’utiliser le crayon pastel qui, il faut bien le dire n’est pas très pratique car il faut sans cesse le tailler et bien souvent le pastel très tendre casse et il faut constamment recommencer l’opération. Il m’est arrivé de tailler un crayon pastel et de ne jamais réussir à avoir une mine correcte, à chaque fois la mine cédée !!

La question que je voudrai vous poser est la suivante :

– Ne peut-on pas fabriquer un crayon pastel comme ces mines « HB crayon de papier » que l’on insère dans un stylo à poussoir ?

J’insiste encore un peu sur mon crayon pastel (et je vous laisserai tranquille !) en vous joignant une photo d’un stylo que mon épouse utilise pour son maquillage et qui m’a donné cette idée. Ce stylo (Eyeliner) est retractable et possède encore un embout taille-mine (sharpener). Il est vrai que son coût doit être sûrement supérieur à un simple crayon !! Mais qu’est ce qu’il est pratique !

En vous remerciant par avance, recevez, Monsieur, Madame, mes sincères salutations.

La réponse technique de l’Artisan Pastellier

Cher Bernard,

Je ne m’étais jamais posé cette question. Pour les petits formats il est vrai que le pastel tendre est moins facile. Pour les petits détails où les petites surfaces on peut bien évidement travailler avec des éclats de pastels secs ou au crayon de pastel, voir les crayons de couleurs pour les détails très fins. En général pour les petits motifs au pastel tendre on évite de faire des choses trop finies et l’on évite de dessiner trop de détails en gardant un aspect plus flou. Les pastels durs sont mieux adaptés.

En ce qui concerne les mines, il existe les mines de crayons de couleurs mais le résultat n’est pas identiques car les mines de crayons contiennent de la cire et donc on perd le couvrant et la matité. De plus ce côté gras du crayon de couleur ne permet pas de repasser dessus du pastel tendre car il est maigre.

On peut probablement fabriquer une mine en pastel sec, mais elle sera très très fragile, et nécessiterai un diamètre minimum au moins aussi important que les crayons de pastel (voir plus) ainsi qu’un outil type critérium adapté parfaitement. Malheureusement, le marché pour un tel produit semble bien faible en contre-partie de l’investissement à réaliser. Il est donc peu probable qu’il voit le jour.

Peut être êtes-vous tombé sur un crayon pastel de mauvaise qualité, ou peut être que votre système pour le tailler est trop sévère et casse la mine au fur et à mesure.

Voilà, je ne peux malheureusement vous en dire plus.

J’ai oublié de vous rappeler que le eyeliner utilisé en cosmétique est plus un pastel gras et pas un pastel tendre. Mais je regarderai quand même c’est promis.

Cordialement.

La réponse artistique de Marie-Lydie JOFFRE

Cher Bernard,

voici une réponse très fouillée à votre question très intéressante que je vous prie de trouver ci dessous.

Pastel sur support papier petit format

En art pictural, les petits formats sont rares. Les peintres, artistes de la vision, éprouvent la nécessité de grandes dimensions. Et même dans le cadre de dessins ou de pastels, les moyens et grands formats sont très répandus. Par exemple nombre de pastels sur papier calque de Degas approchent le mètre carré, les dessins de Van Gogh sont des formats moyens mesurant jusqu’à 60 cm en grande largeur…

Le petit format, quant à lui, réclame des techniques d’orfèvre. Réduisant le champ visuel, il demande à l’artiste de se concentrer sur le support. Le geste pictural perd alors de son ampleur, au profit d’une manipulation consciente, d’une exigence de précision, parfois de méticulosité. C’est pourquoi ces formats sont souvent exécutés au crayon, à l’aquarelle, à l’encre, laquelle par son fort pouvoir contrastant procure lisibilité jusque dans la miniature, comme c’est le cas de la gravure.

Si la poudre instable du pastel révèle les splendeurs de sa versatilité atmosphérique aux formats grands et moyens, sur petit format elle rend un peu myope ! Pour certains artistes ce flou poétique n’est pas satisfaisant. Alors voici quelques suggestions de réconciliation du pastel, employé pur ou en techniques mixtes, avec le petit format.

Bâtonnet de pastel dur

Un bâtonnet de pastel dur est indiqué dans le travail au trait. A l’aide d’un pastel type Rembrandt de Talens on obtient des lignes nettes, voire fines et jusqu’à très fines si on utilise le bord de la section circulaire du bâtonnet, sectionné à vif.

Crayons pastel et crayons de couleur

Par ailleurs, quelle que soit sa qualité, un bâtonnet de pastel sera toujours préférable à un crayon, pour le chatoiement de la couleur.
Dans la fabrication du crayon, les pigments subissent des traitements sophistiqués : charges pour la dureté, cire dont le liant fixe le pigment et, partant, le fige, lissage, compression de la pâte pour l’introduction dans une gaine…, toute transformation qui altère la fleur du pigment. La texture du crayon, étant devenue statique, ne peut plus frémir à la réflexion de la lumière, contrairement à la poudre du pastel en son vague à l’âme !

Quant à « fabriquer un crayon pastel » de la dureté d’une mine graphite, serait déliter les pigments à l’encontre de la nature intrinsèque du pastel qui est de les magnifier tout en les libérant !

Craies et sanguines

En revanche, les bâtonnets de craie ou de sanguine remplacent avantageusement les crayons pastel et crayons de couleur. A l’instar du pastel, les pigments y sont respectés mais ils sont davantage canalisés, ce qui rend le bâtonnet moins friable que celui du pastel.
Leur conditionnement sous forme de fins bâtonnets compacts, à section carrée, permet une utilisation sur la tranche, ainsi que sur l’arête et le coin, ce qui favorise un graphisme affilé.
Adaptés à la souplesse décisive de la main, qu’ils prolongent, ce sont les cousins des bâtonnets de pastel. En mixité, la texture légèrement adipeuse de la sanguine met le feu à la poudre de pastel tout en l’arrimant au support, la texture sableuse de la craie en renforce le scintillement.

Eclats de pastel

Les éclats de pastel sont bienvenus pour des tracés ponctuels : pointillisme ou autre forme graphique aléatoire, rehaut de-ci, de-là…
Mais le trait, obtenu avec l’éclat de pastel crispé au bout des doigts, manque de dynamique car les doigts n’ont pas assez de prise sur la malléabilité de l’éclat. Ainsi, la velléité de la ligne, la vibration de son déroulement, risquent-ils d’être inhibés, de même que la gestuelle de l’artiste ou encore l’intensité de son sentiment !
Il n’est pas indispensable de travailler avec un matériau de petite dimension pour peindre ou dessiner sur petit format. Au contraire, qui peut le plus, peut le moins, et un bâtonnet de pastel est tout à fait apte à des tracés ténus si l’artiste, faisant corps avec lui, les lui insuffle.
En effet, le confort d’un bâtonnet de pastel bien en main, délivré de son étiquette, dépoussiéré, anticipant la gourmandise provocante de la couleur, propulse l’artiste dans son exploration laquelle en retour inspire le matériau !

Peintures à l’eau

Outre les techniques mixtes sèches, pastel allié à la craie ou au fusain, il est possible de choisir des techniques mixtes humides ou tout à la fois !
Des traits fins ou des aplats de gouache, aquarelle, encre, acrylique, lacés à un lacis de pastel, et voilà que la technique sèche se délecte à la source de la peinture qui à son tour s’enrichit du limon poudreux du pastel. Ces peintures à l’eau offrent, par ailleurs, au pastel un supplément de fixation au support.
A propos, essayer de peindre à l’aide de pigments purs liés à la gomme arabique. On retrouve dans ce procédé les textures du pastel. De plus, les tonalités sont ardentes et la couche picturale bénéficie d’une bonne accroche au support.

Pastel au trait

Toutefois, le pastel pur, travaillé au trait de préférence, s’adapte bien au petit format. Un réseau raffiné de lignes superposées, juxtaposées, par le jeu de l’entrelacement donne souvent une matière cinétique, tout en faisant éclore des détails sans l’obligation de les y insérer. A ce jeu, toute qualité de pastel convient. A l’artiste de doser le matériau, et par exemple, de travailler les tracés moelleux et lumineux à l’économie, pour en conserver la force intacte dans la rareté, et le pastel sec et léger en faisceaux de couleurs !

Le support

Le support a sa part de créativité à égalité dans l’acte de peindre. Outre la superficie, la texture du papier et la préparation du fond ajoutent leur caractère à l’œuvre et sont essentiels pour sa mise en valeur. Le petit format invite à varier les supports à volonté jusqu’à l’approche du ressenti d’une bonne adéquation avec la technique picturale.
Ne pas craindre d’expérimenter des surfaces à l’encontre de ce qui est établi ! Des pastels sur papier-calque, ceci pourrait sembler risqué. Pourtant ce sont là, les plus somptueux pastels de Degas, exécutés par superposition de hachures dans tous les sens. Chaque couche était fixée, ce qui permettait de les accumuler et de donner de la profondeur à la remontée des fonds en surface.
Pour solliciter une dynamique, pourquoi ne pas commencer à peindre à l’aide d’une technique maigre, sur un grand format ? Puis découper la peinture en petits formats à rehausser au pastel ou autre technique ?
Le petit format présente aussi l’avantage de pouvoir être réalisé en série. Cette façon de peindre où chaque unité se révèle par rapport à l’autre pousse à l’innovation.

Tout est à faire, et le pastel sur petit format à créer !

Visitez le site de Marie-Lydie JOFFRE conacré au pastel et qui fourmille d’informations pertinentes

Publié par

Pastels tendres ou à l’huile – L’atelier du pastelliste

Pastels tendres ou à l’huile – l’atelier du pastelliste. Le matériel du pastelliste, l’organsisation de son travail et de son lieu de travail.
L’atelier du pastelliste

L’atelier, le pastel en intérieur :

L’atelier du pastelliste est un lieu lui appartenant en propre. L’artiste doit pouvoir s’y isoler totalement du monde si son travail de créativité le nécessite. Ce lieu peut être plus ou moins grand, mais il doit être convivial et fonctionnel. C’est-à-dire un lieu où le pastelliste se sente à l’aise et donc heureux de venir y travailler.

Le pastelliste en dilettante ou l’amateur de pastel pourra se contenter d’un minimum par exemple occasionnellement un partie de pièce (salle à manger familiale, bureau,…), mais ne pourra pas faire l’impasse sur l’éclairage, le minimum d’ordre et les rangements des pastels.

L’ambiance :

En intérieur le pastel (pastels tendres, secs, pastels à l’huile ou gras) doit se pratiquer dans de bonnes conditions pour éviter la déprime et le manque d’inspiration qui l’accompagne. Il conviendra donc de préférence de travailler le pastel dans des conditions agréables. Un fond musical (radio, disques), chauffage, ambiance fleurie, etc. peuvent bien évidemment y contribuer.

L’éclairage :

Un bon éclairage permet au pastelliste de moins se fatiguer et de percevoir parfaitement les moindres nuances de couleur.

La lumière naturelle
L’éclairage naturel doit être de préférence de côté. On positionnera son chevalet ou son plan de travail pour que la lumière tombe par la gauche si l’on est droitier ou par la droite si l’on est gaucher pour ne pas porter son ombre sur l’œuvre au pastel.

La lumière artificielle
Lorsqu’il fait sombre, en hiver ou la nuit, un éclairage artificiel est alors nécessaire pour avoir une bonne lumière d’ambiance. Si besoin, il faut prévoir quelques lampes orientables pour mettre en valeur le modèle. Et un éclairage direct du travail des pastels tendres ou à l’huile, pour ne pas se fatiguer les yeux.

Les meubles :

Le minimum
Une surface de travail du pastel table (ou un chevalet), un siège confortable, un grand carton à dessin pour stocker ses pastels, un placard ou une étagère pour entreposer la boîte de pastels tendres ou de pastels à l’huile et le matériel.
Si l’on dispose de surface ou d’une pièce dédiée à la peinture au pastel, on pourra installer un canapé ou un lit (ou matelas) qui serviront aux modèles à poser. De cartons grandes tailles, d’étagères ou poser ses bibelots et objets de décor, meubles de rangement. Des cimaises pour accrocher les pastels ou des photos. On peut aussi penser au bien-être de ses visiteurs et prévoir 1 ou 2 fauteuils confortables et une machine à café ou un petit frigo avec boissons.
Le principal c’est d’être bien dans un lieu qui respire l’envie et le besoin de créer ses œuvres au pastel.

Le matériel complémentaire :

Crayons noirs à mine tendre, fusains, mine de plomb, craie dure blanche et sanguine pour les premières esquisses et la mise en place de l’œuvre de pastel tendre.
Crayons craie et crayons de couleurs pour les traits et tracés fins, notamment pour les figures ou pour les rehauts…
Estompes papiers de différentes grosseurs, pour les estompages du pastel plus fins qui ne peuvent pas être fait avec le doigt.
Gomme souple et gomme mie de pain pour effacer le pastel tendre.
Pinceau éventail ou brosse douce pour retirer de la matière de pastel tendre sur l’œuvre.
Chiffons, mouchoirs papier pour nettoyer, estomper ou dépoussiérer le pastel tendre.
Support plan rigide et pinces larges pour maintenir plaquées et tendues les feuilles à dessin.

Au grand air, le pastel en extérieur

UN chevalet de campagne et un tabouret sont le minimum nécessaire. Une caissette pour poser son coffret de pastel tendre et le matériel.
Il existe aussi les boîtes-chevalets qui sont faciles à transporter, chevalets pliants qui possède une boîte (à l’origine destinés à recevoir les tubes de peintures) où l’on peut placer ses pastels tendres et le matériel.
En extérieur choisir un endroit à l’abri du vent et du plomb du soleil et qui permette un repli rapide en cas de pluie.

Publié par

La boutique de l’Artisan Pastellier – Automne 2008

L’automne est arrivé, aussi Cathy a décidé de changer la vitrine de la boutique de l’Artisan Pastellier, pour l’adapter aux couleurs de saison

En vitrine les couleurs chaudes ont remplacée les tons bleutés. Une nouveauté a été exposée et mise en valeur, ce sont les kits d’encres (kit écolier, kit pastel, kit espion, kit encre parfumée).

Enfin, à l’aide des encres de calligraphie jaune d’or, ocre rouge et carmin, et de feuilles de mûrier platane Cathy a peint un fond aux couleurs chatoyantes.

Publié par

La cire à cacheter a collé à mon sceau que puis-je faire pour l’enlever et réussir mes sceaux ?

La cire à cacheter a collée à mon sceau que puis-je faire pour l’enlever et réussir mes sceaux ? Quelques petites astuces pour nettoyer les sceaux où la cire à cacheter est collée et incrustée. Quelques petites astuces pour réussir de beaux cachets. Faire de nombreux cachets.
Message du 12/10/08 de Marie-Line L.

Bonjour !

Je vous ai commandé un sceau personnalisé et 10 bâtons de cire il y a peut-être deux semaines et je suis pleinement satisfaite de mon colis. Ca a été rapide et soigné. Je vous en remercie.
Le problème que je rencontre, c’est avec le sceau : j’ai pu faire trois beaux cachets de cire mais maintenant, la cire colle au sceau et je rate tous mes cachets. Comment faire pour nettoyer mon sceau ? Ou faut-il que j’attende que la cire soit froide pour l’enlever ?

Merci pour vos précieux conseils.

Bonne continuation.

Marie-Line L.

La réponse de l’artisan Pastellier du 12/10/2008

Chère Marie-Line,

Ce qu’il faut faire pour enlever la cire à cacheter du sceau :

Merci pour votre confiance, la cire à cacheter colle à votre sceau, il y a plusieurs façons de faire pour l’ôter.
Le plus simple c’est de bien refroidir le sceau avec un glaçon par exemple, d’essuyer, puis de faire un cachet, la plupart du temps la cire à cacheter reste sur le cachet et se sépare du sceau.
Vous pouvez aussi faire tremper votre sceau dans de l’essence (white spirit), la cire à cacheter va se dissoudre et le sceau sera nettoyé.
En dernier lieu vous pouvez gratter le sceau avec une pointe en bois, surtout pas en métal car si vous rayé le sceau, ce dernier risque de coller toujours à cause des micro rayures.

Pour faire des cachets sans que la cire à cacheter ne reste collée au sceau :

Lorsque vous faites un sceau il faut vous assurez que le sceau est bien froid, après 2 ou 3 sceaux, le laiton du sceau s’est réchauffé au contact de la cire à cacheter, la cire ne durcie plus suffisamment à son contact, on peut plus l’enlever et la cire à cacheter se colle au sceau.
Il faut refroidir le sceau tous les 2 ou trois cachets en le trempant dans un verre d’eau froide ou en le frottant sur un glaçon, puis en l’essuyant pour enlever l’eau avant de s’en resservir.
Pour réduire le risque de voir coller la cire à cacheter au sceau, une astuce consiste à compter jusqu’à 15 avant d’appliquer le cachet sur la cire ; La cire à cacheter sera plus ferme et aura moins tendance à rester accrochée au cachet.

Je pense qu’avec ces petites astuces vous allez pouvoir refaire de beaux cachets.

Cordialement,

L’Artisan Pastellier

Message du 14/10/08 de Marie-Line L.

Merci pour tous vos conseils ! J’ai nettoyer le sceau avec du white spirit et bien attendu 15 secondes, et j’ai pu faire à nouveau de magnifiques cachets !! Effectivement, le sceau ne devait pas être assez refroidi entre chaque cachet.

Cordialement,

Marie-Line L.

Publié par

Pastels tendres – Les supports pour le pastel tendre

Enumération de quelques papiers et les cartons qui sont de bons supports pour le pastel tendre (ou pastel sec).

Les papiers pour le pastel tendre

Une grande quantité de papiers sont adaptés pour les pastels secs ou tendres. Ils doivent néanmoins être suffisamment rigides pour que la couche picturale de pastel ne risque pas de se décrocher lors de pliure ou de froisser l’œuvre lors des manipulations de l’œuvre. Les papiers ne doivent pas non plus être trop lisses, pour permettre l’accroche des particules de pastels tendres. On dit que les papiers ont une surface structurée.
Le grammage minimum pour les papiers pour les pastels tendres est 160 gr/m2.

Les couleurs du papier pour pastel tendre

La couleur du papier donc celle du fond joue un rôle dans l’œuvre au pastel. Des effets sont obtenus suivant que l’on recouvre totalement de façon opaque ou par touches légères de façon translucide ou bien que l’on laisse le papier vierge par endroit. Suivant la teinte du papier, la couleur de la couche de pastel peut présenter des nuances différentes et paraître plus ou moins lumineux. Il est à noter que la teinte du papier pour pastel doit être stable à la lumière, en effet si le papier se décolore à l’endroit ou le pastel ne le recouvre pas l’œuvre en sera affectée.

Quelques papiers utilisés pour le pastel tendre (ou pastel sec)

Le pastel card
Sa texture est légèrement abrasive et provoque une usure plus rapide des pastels tendres si l’on travail vigoureusement. C’est un support bien adapté aux pastels tendres, car il procure au pastel une bonne adhérence. Il donne d’excellents résultats avec le pastel tendre (pastel sec).

Le papier Ingres
C’est un des papiers les plus utilisés pour le pastel tendre. Si le trait n’est pas trop appuyé, le grain du papier apparaît, en jouant sur l’estompage ou pas du pastel on aura du grain ou pas.

Le papier à dessin
Pour le pastel tendre on choisira un grammage d’au moins 160 g/m2, et on travaillera sur la face la moins lisse.

Le papier velours
Sa surface veloutée et le fait que l’on peut difficilement faire des traits très fins donne de la sensualité aux pastels. Il augmente aussi l’éclat des couleurs du pastel. On peut le trouver en feuilles ou bien en rouleau à découper de 50 cm de large et 10 m de long.

Le papier aquarelle
Le papier aquarelle convient parfaitement à la technique du pastel tendre, notamment les papiers à pressage moyen, ou même granuleux. Et surtout le papier aquarelle reçoit à la fin de sa fabrication une couche de colle qui favorisera l’accroche du pastel tendre.

Le papier de verre
Le papier de verre présente une surface rugueuse où le pastel tendre accroche bien. Il existe en plusieurs teintes (noir, sable, …). Les granulométries les plus fines sont indiquées au pastel. Les papiers de verre sont un support agréable pour travailler le pastel tendre avec des touches fermes. Attention toutefois à l’usure des pastels.

Les papiers recyclés
Plusieurs fabricants proposent aujourd’hui des papiers recyclés dont la texture est intéressante pour pratiquer le pastel tendre.

Les papiers à peindre
Ces papiers ont été pressé pour donner à sa surface une structure toile fine et recouvert d’un primer universel qui facilite l’accrochage des particules de pastels tendres.

Les cartons

Les cartons de renfort de reliure
Souvent blancs ou gris ce sont des supports bien adaptés à la technique du pastel tendre.

Les cartons ondulés ne conviennent pas.

Les cartons à peindre dit « cartons universels »
Ce sont des cartons rigides sur lesquels une toile de coton est marouflée, et préparée avec un primaire maigre. Le tissage fin de la toile de permet une bonne adhérence des pastels tendres.

Comme les papiers, les cartons sont sensibles et se gorge d’eau en atmosphère humide. Le support est alors à la merci des bactéries et des champignons qui peuvent piquer, tâcher, voir endommager plus encore le pastel. Les supports peuvent aussi se gondoler.

Choix du support

Le mieux est de tester vous-même plusieurs sortes de supports pour apprendre à connaître leur réaction avec le pastel tendre et trouver ceux qui vous conviennent les mieux.

Avant de travailler, après avoir choisi le sujet, l’artiste devra tenir compte d’un certain nombre de paramètres comme la lumière, la pose, le fond pour sélectionner la texture, la couleur et la qualité du support dont il a besoin pour son œuvre au pastel tendre.

Publié par

Pastels tendres – Préparer son support pour le pastel tendre

Technique pour préparer un support pour pastel tendre à texture.
Pastels tendres – Préparer ses supports pour pastels tendres.

Donner du grain à votre support 

Intérêt :

Les pastellistes qui aiment travailler à traits vigoureux pour faire transparaître la force et la puissance dans les touches de pastels tendres, auront indéniablement besoin des surfaces plus grossières.
Pour obtenir des surfaces structurées pour le pastel tendre, on collera au support des matériaux tels que pierre ponce, poudre de marbre, sable fin, poudre de liège, …

Etape 1 : Encoller la surface
On utilisera de préférence comme colle un liant acrylique. La colle de peau ou la gomme arabique sont sensibles à l’humidité (réversibilité) et aux attaques bactériennes. A l’aide d’un spalter (brosse large) on applique une couche de liant.

Etape 2 : coller la poudre
Sur la couche de liant encore frais on verse la poudre au travers d’un tamis ou d’une passoire de manière à déposer une couche d’épaisseur homogène sur toute la surface.

Etape 3 : Presser
On viendra presser la poudre contre le liant à l’aide d’un carton en appuyant avec la main ou avec un rouleau à pâtisserie (ou une bouteille).

Etape 4 : Oter le surplus
Laisser sécher, puis on élimine le surplus qui ne s’est pas fixé en tapotant le support.

Voilà votre support pour pastels tendres (ou secs) est prêt.

Publié par

Pastels à l’huile – Présentation des pastels à l’huile de L’Artisan Pastellier

Nos pastels à l’huile sont fabriqués entièrement de façon artisanale, pour répondre au plus près aux exigences de qualité des artistes.

Présentation :

Les pastels à l’huile de l’Artisan Pastellier sont fabriqués à base à partir d’un mélange de pigments, de cires naturelles et d’huiles végétales faiblement siccatives.
Les pastels à l’huile se présentent sous la forme de bâtons de 70 mm de long et de 11 mm de diamètre. Leur pointe en biseau permet un travail en finesse avec le fil, plus large avec le plat du biseau ou très large sur la longueur du pastel.
Les pastels à l’huile sont conditionnés en coffrets carton de 7 ou 14 pastels.

Nous proposons une gamme équilibrée de 72 coloris dont une soixantaine de teintes intenses, qui ont toutes une excellente tenue à la lumière, un médium incolore, plus une douzaine de teintes à base de couleurs végétales véritables (les 7 couleurs historiques au bleu de pastel des teinturiers, le rouge de garance, le jaune de cardon, le sang de dragon, le brun et le beige de noyer). L’originalité de ces couleurs végétales est leur transparence.

Nos pastels sont appréciés pour leur onctuosité (proche d’un rouge à lèvres) qui donne un toucher agréable et permet un bon recouvrement des couches précédentes. Leur consistance facilite le mélange des couleurs entre elles par fondu et permet également d’obtenir des effets de matières.

Le médium incolore fondu aux autres couleurs donne de la transparence et de la profondeur.

Conditionnements :

La superbe palette des teintes des pastels à l’huile se déclinent en 8 coffrets de 7 pastels (les violets, les bleus, les rouges, les jaunes, les verts, les terres, les irisés, les fluos), le coffret des « 7 couleurs historiques du pastel des teinturiers », et le coffret des 7 couleurs végétales.
Il y a aussi les coffrets thématiques de 7 pastels, « arc-en-ciel » (couleurs de base), « portrait » et « paysage ».
Enfin les coffrets thématiques de 14 pastels, « arc-en-ciel », « portrait », « paysage ».

Publié par

Le pastel des teinturiers

Rosette de pastels des teinturiers
Rosette de pastel des teinturiers

L’Artisan Pastellier propose à sa clientèle une production originale et innovante à base de couleurs naturelles dont des couleurs végétales largement utilisées dans le passé. En effet les couleurs synthétiques issues de la pétrochimie ne sont apparues qu’après 1850. Le pastel des teinturiers (Isatis Tinctoria) est le produit référence et celui par lequel tout a commencé.

Le pastel donne aux étoffes des bleus authentiques. Avec son pigment bleu, voisin de l’indigo, nous fabriquons aussi de l’encre pour les Arts, de l’aquarelle extra-fine, une gamme de 7 pastels à l’huile et une gamme de 4 pastels tendres, de la peinture à l’huile extra-fine, de la cire à cacheter, des peintures pour la soie et pour les tissus, des peintures pochoirs. Le « bleu charrette » reprend vie grâce à une gamme de peinture « rustique » pour les huisseries et la décoration. Le bleu du pastel donne un mariage parfait avec l’habitat ancien (enduit, pierre, brique) et est d’ailleurs prescrit par l’architecte des Bâtiments de France dans les secteurs protégés.

Histoire résumée du pastel des teinturiers

Pastel des teinturiers en fleurs
Pastel des teinturiers en fleurs

Le pastel des teinturiers (nom savant : Isatis Tinctoria), connu depuis le néolithique, débute son épopée mythique à la fin du XIIème siècle, dans le diocèse d’ALBI. Au XVIème siècle, le pastel est cultivé dans toute l’Europe car c’est la seule plante à donner une teinture bleue solide à la lumière et au lavage. Mais c’est dans l’albigeois et le Lauraguais (appelé Pays de cocagne) que la meilleure qualité de pastel est cultivée, ce qui crée une économie locale florissante et permet à quelques riches marchands d’accumuler d’immenses fortunes. Les feuilles de pastel, récoltées à la main, étaient lavées puis broyées à la meule pour donner une pâte (pasta en langue d’Oc d’où est tiré le nom pastel). Cette pâte de pastel était mise à égoutter sur des plans inclinés et à fermenter une quinzaine de jours, puis formé à la main en boules. Après deux ans de séchage ces boules de pastel appelées « cocas » étaient expédiées à l’étranger.
Le pastel était surtout réservé à la teinture des tissus. Avec le fond des cuves de teinture au pastel, on peignait en « bleu charrette » les cornes des vaches, les charrettes et les volets pour ses vertus répulsives (mouches et moustiques). Sous l’action de Colbert, les différentes corporations de métiers se donnèrent des règles, et les maîtres teinturiers pratiquant le « grand teint » fixèrent 13 nuances pour le bleu de pastel. En voici la liste, extraite du manuel « Secrets concernant les Arts et Métiers », Tome second, Bruxelles 1766, (du plus clair au plus foncé):
Bleu blanc, bleu naissant, bleu alazado, bleu mourant, bleu mignon, bleu céleste, bleu turquin, bleu de reine, bleu de roi, fleur de guesde, bleu pers, aldego et bleu d’enfer.
Le commerce du pastel s’effondre à la fin du XVIIème siècle à cause des guerres de religion, de mauvaises récoltes, des pratiques frauduleuses des marchands et de l’arrivée de l’indigo des colonies qui est plus simple d’emploi et moins onéreux. Sous Napoléon, un cours sursaut a lieu. La dernière récolte de pastel dans le TARN a lieu en 1883 et ce dernier disparaît totalement.

Redécouverte du pastel

En 1977 à CORDES-SUR-CIEL, Gilbert DELAHAYE (expert, tisserand d’art et teinturier) et Jean-Claude SCHAEFFER réalisait la toute première et inaugurale extraction du pastel, retrouvant et relançant ainsi une alchimie perdue depuis près de deux siècle. A la même époque Patrice Georges RUFINO, journaliste et écrivain, crée le musée du pastel au château de MAGRIN et le circuit du pastel.

En 1995, Denise et Henri LAMBERT fonde la société BLEU DE LECTOURE et relance la culture du pastel, avec l’aide du CRITT agroressources dirigé par Gérard VILAREM et la CAPA coopérative ariégeoise dirigé par Jean-Michel LEOPOLD qui cultive le pastel et met ses moyens techniques en œuvre.

En 2000 à ALBI, capitale historique du commerce du pastel, Claire DELAHAYE (fille de Gilbert DELAHAYE) historienne de l’Art et Didier BOINNARD chimiste, réunissent connaissances et compétences, et fonde L’Artisan Pastellier SARL avec pour objectif de développer les couleurs naturelles. Claire DELAHAYE obtiendra les prix LAUREATES 2000 et MASTERS 2001 qui récompensent la création d’une entreprise innovante.

Enfin Nathalie JUIN et Carole GARCIA-HUC crée une gamme de produits de beauté sous la marque COCAGNE ET COMPAGNIE, qui connaît une belle réussite commerciale.

Bibliographie :

_G. DELAHAYE – Revue La Navette – Articles sur le pastel N° 2, 3, 4, 5 – 1977-78
_ P. G. RUFINO – Le Pastel Or bleu du Pays de Cocagne – Editions Daniel BRIAND
_S. BANESSY – Pastel – Editions TME

Publié par

Fixation, protection et conservation des pastels tendres

Pourquoi faut-il protéger le pastel tendre ?

Les œuvres au pastel tendre sont composées d’innombrables et microscopiques grains de couleurs que sont les pigments. Le caractère poudreux de la technique du pastel tendre confère donc aux œuvres des qualités visuels de soyeux, de velouté et de fraîcheur des tons. Ce qui fait dire que le pastel tendre est un divin menteur. Mais en revanche ses grains peu liés sont un inconvénient pour la solidité de l’œuvre de pastel.
Le pastel une fois terminé doit être protégé, en particulier des chocs et des frottements préjudiciables. Les chocs peuvent faire sauter la poudre de pastel de son support et les frottements essuyer la poussière de pastel.
Si l’accroche du pastel n’est pas suffisante, par exemple parce que le support est trop lisse ou que le trait n’est pas suffisamment appuyé, un simple éternuement ou un souffle peut endommager l’œuvre en arrachant une grande quantité de poudre de pastel.

Fixation des pastels tendres

Fixation en cours de travail

La technique du pastel tendre consiste le plus souvent à juxtaposer les couches de couleurs, il est alors impératif de fixer entre chaque couche pour améliorer la solidité de l’accroche et éviter de mélanger la couleur sur celle déjà appliquée. Il est possible de ne fixer qu’une partie du pastel en se servant d’un cache protecteur.
Les fixatifs de pastel du commerce sont bien adaptés. Les fixatifs du pastel du commerce sont composés d’une grande variété de résine. Pour le papier les fixatifs en solution organique à base de gomme laque, résine dammar, acétate de polyvinyle sont préférables. Pour un support toile les fixatifs en phase aqueuse (vinylique ou acrylique), plus souples, sont utilisables en cours de travail Il faut prévoir un temps de séchage après vaporisation.

Fixation finale du pastel

Il est préférable de fixer la dernière couche de pastel tendre en vaporisant légèrement afin de modifier le moins possible les couleurs. Certains artistes vaporisent de la laque à cheveux qui selon eux modifie peu les tons du pastel (mais attention à la tenue et au risque de jaunissement à long terme).

Fixation sans fixatif

Francis PRATT, pastelliste à Castelnau de Montmirail, renforce l’adhérence de la couche de pastel en entreposant ses pastels tendres à plat, dans un lieu humide (une cave humide par exemple), pendant une quinzaine de jours.
L’humidité redissout le petit peu de gomme ou liant que contiennent les pastels tendres, les grains de pigment s’agglomère ensemble et le pastel est plus solide même si il reste encore fragile. Il faut faire très attention au risque de moisissure.

Astuces :
N’oubliez pas de secouer de en temps votre feuille de travail pour la décharger de la poudre de pastel en excédant. Il est préférable lors de la fixation finale de vaporiser à plat les œuvres de pastel afin d’éviter le risque de coulures. La distance de vaporisation doit être à au moins 30 cm pour ne pas risquer de souffler la poudre de pastel. Lors de la vaporisation du pastel, il est impératif de donner un mouvement de balayage ou de huit au vaporisateur pour uniformiser le nuage de fixatif et ne pas mettre trop de fixatif sur un même endroit.

Inconvénients de fixer le pastel tendre

Modification de l’œuvre
La résine du fixatif se fixe sur la couche de pastel. Les grains de pigment ont alors leur indice de réfraction modifié. Le pastel paraît « mouillé », plus profond et plus vif, il y a perte du soyeux.

Glaçage, figeage de l’œuvre de pastel
Si la quantité de fixatif déposé sur le pastel est trop grande, l’épaisseur de fixatif risque de « vernir » l’œuvre. Le film de fixatif aura un effet néfaste sur la matité et le satiné du pastel, et conduira à la perte de la fraîcheur des tonalités. Le pastel perd ses caractéristiques et l’œuvre de pastel paraît glacée et figée.

Dégradation
L’utilisation d’un fixatif inapproprié, comme une solution trop riche ou une résine trop forte (trop dur, imperméable), risque de donner un film qui arrache la couche de pastel en tout ou partie.

Existe-t-il un fixatif idéal ?

Jusqu’à ce jour je n’ai pas entendu parler d’un fixatif parfait. Un bon fixatif apprécié par de nombreux pastelliste semble être le fixatif de Sennelier.

Recettes de fixatifs pour le pastel et le fusain

Ces 2 recettes sont tirées de la publication « Pratique des Arts N°47 pages 46 et 47.

Pour un support papier : un fixatif à la gomme dammar
Ingrédients et matériel
100 g d’alcool à 70°
3 g de gomme laque blanchie
2 g de résine dammar
Filtre à café

Remplissez un flacon avec l’alcool ménager et versez la gomme laque bien broyée, laissez dissoudre pendant 24 heures en secouant le flacon régulièrement. Puis versez la résine dammar bien broyée et laissez reposer pendant 48 heures. Filtrez, le fixatif est prêt.
Le moyen le plus simple pour appliquer le fixatif à pastel consiste à utiliser une soufflette à bouche. Procédez à 30 cm de la surface en balayant celle-ci de manière régulière, de gauche à droite et de haut en bas. Laissez sécher la première couche et vérifiez le résultat avec les doigts.
Pour un support toile : un fixatif vinylique
Ingrédients et matériel
20 g de liant acrylique ou vinylique
80 g d’eau distillée
Diluez le liant vinylique ou le liant acrylique avec l’eau distillée, remuez jusqu’ l’obtention d’une consistante bien liquide. C’est prêt.
Le moyen le plus simple pour appliquer le fixatif à pastel consiste à utiliser une soufflette à bouche. Sur la toile, qui absorbe moins bien le liquide, pulvérisez le fixatif de préférence à plat, afin d’éviter les coulures éventuelles. Laissez sécher au moins 20 minutes.

Ils ont dit ou ils ont écrit sur la fixation du pastel tendre

Dois-je, maintenant, dire un mot des fixatifs recommandés pour le pastel ? Ce sera vite fait en tout cas : ils sont tous détestables. Le meilleur procédé pour donner à l’œuvre la plus délicate une durée presque certaine est encore celui qui est employé par POINTELIN.
Il consiste à battre son pastel lorsqu’il est à l’état d’ébauche, à faire tomber tout ce qui peut tomber, puis à le reprendre par des touches larges et franches, à le rebattre encore presque terminer par des finesses et à raffermir le dessin, discrètement toujours, au moyen de crayons demi durs. On peut être sûr que, ces précautions prises, tout ce qui pouvait tomber étant tombé, le pastel peut voyager, recevoir des secousses, éprouver des trépidations, sans craindre de biens grands désastres.

Extrait d’une lettre du 2 mai 1890, de IWILL artiste peintre à Paris à Georges MEUSNIER expert auprès des tribunaux.

Durant toutes ces années, ce sont des milliers de dessin à la sanguine ou au lavis qui sont venus enrichir votre démarche de sculpteur. Comment s’est faite la rencontre avec le pastel ? Quel attrait a-t-il exercé sur vous ? : « Le pastel, ne comportant aucun véhicule, ne risque ni craquelures, ni jaunissement ; mais en revanche il est extrêmement fragile et le plus léger choc, un souffle même, suffit pour le détériorer. On peut pour le garantir, l’encadrer sous une vitre. Il vaut encore mieux le fixer par pulvérisation d’un liquide approprié ; mais malgré tout le soin que l’on prend, le pastel y perd une partie de sa fleur. Malgré sa fragilité, le pastel sera toujours employé, à cause de la fraîcheur de ses tons, qu’aucun autre procédé ne peut donner, et de la simplicité de son emploi.

Extrait de l’ouvrage de François TOSCA La peinture qu’est-ce que c’est ?

Protection et exposition des pastels

Il est préférable voir impératif de protéger les pastels en les encadrant pour les exposer. Les pastels peuvent être facilement abîmés par l’humidité, être touchés par des curieux, être frottés, etc. Le cadre protège efficacement le pastel des chocs. La fixation finale n’est pas nécessaire si on encadre le pastel sous verre.
Le pastel doit être éloigné du verre à l’aide d’une marie-louise (passe-partout) d’épaisseur au moins égale à 3 mm.
Dans le cas où le pastel ne serait pas fixé par peur de perdre l’effet velouté de l’œuvre de pastel, il y aura nécessité de placer une «marie-louise intercalaire » entre la pastel et la marie-louise pour que la poudre de pastel tendre qui va se détacher tombe entre les deux (un simple carton ondulé découpé un peu plus large que la marie-louise suffit).
La couleur de la marie-louise sera choisie avec soin pour mettre le pastel en valeur.
La vitre doit toujours être nettoyée avec un chiffon humide, pour éviter la formation et l’accumulation de charges électrostatiques qui attirerait la poudre de pastel sur la vitre.
Les verres organiques (polycarbonates, plexiglas) ne sont pas recommandés parce qu’ils sont fragiles à la rayures et sont plus facilement électrisables que le verre.

Conservation et stockage des œuvres de pastels tendres

Les pastels doivent être stockés à l’abri de l’humidité.
En effet les supports papiers et la couche de pastel peuvent aisément moisir à la longue.
On peut stocker les pastels dans des cartons à dessin en prenant quelques précautions.
Lorsque l’on range les pastels il faut poser le carton à plat et empiler soigneusement les pastels un par un, si on enfonce verticalement les pastels entre d’autres pastels le frottement les détériorera.
Entre chaque pastel il faut mettre une feuille isolante de papier sulfurisé ou de papier glacé pour éviter que les pastels ne se salissent entre eux.
Ensuite le carton doit être refermé et soigneusement serré pour éviter que les pastels ne puissent pas bouger lors du transport.
Un carton peut contenir une vingtaine de pastels. Si on a besoin de plusieurs cartons pour stocker tous ses pastels on pourra placer ses cartons de préférence sur une chèvre.