Publié le

Pastel – Ecotarn

L’Artisan Pastellier en voit de toutes les couleurs

Sa peinture au pastelest d’un bleu unique. Quant aux pastels à l’huile, encres de calligraphie et cires à cacheter, ils sont fabriquées à base de produits les plus naturels possibles.

Chimiste de formation, Didier BOINNARD a installé son atelier de fabrication à GRAULHET depuis 2004. Il y fabrique artisanalement une large gamme de produits beaux-arts aux couleurs végétales et de la peinture écologique.

Artistes, calligraphes ou simples amateurs peuvent faire leurs achats directement sur internet tandis que la jolie boutique au cœur de la cité épiscopale d’ALBI regorge d’idées de cadeaux. En 2010, l’émission « Des racines et des ailes » sur FR3 a eu un coup de cœur pour cette petite entreprise unique en son genre bien dans l’esprit UNESCO.

Ecotarn – octobre 2011 – page 23

Publié le

PASTEL – Mrs

En juin 2011, l’équipe de « Mrs », magazine haut de gamme destiné aux femmes japonaises aisées, est venu consacrer un reportage à la ville d’ALBI, berceau de TOULOUSE-LAUTREC et à son musée.

Ceci en lien avec une exposition consacré à TOULOUSE-LAUTREC au musée Mitsubishi Ichigokan à TOKYO au mois d’octobre 2011. Danièle DEVINCK conservateur en chef du MTL en assure le commissariat aux côtés du directeur Akiya TAKAHASHI.

Publié le

PASTEL – L’OR BLEU DU PAYS DE COCAGNE

Autrefois, le Tarn se trouvait pris dans un triangle magique nommé « Pays de Cocagne » reliant ALBI, TOULOUSE et CARCASSONNE. Ses terres fertiles tiraient leur richesse d’une plante tinctoriale fascinante : le pastel. Quelques passionnés relancent aujourd’hui son utilisation et sa culture.

Le Pays de Cocagne existe ! Ou du moins ; il a existé, laissant le souvenir d’un pays imaginaire, véritable paradis terrestre où les richesses abondaient sans que l’on ait besoin de s’échiner au travail. « Al pais de Cocanha, qual lo mai dorm, aquel mai ganha ! » : Au Pays de Cocagne, plus on dort, plus on gagne !, s’amusait l’expression populaire. Dans son élégante boutique, située au cœur du Vieil Alby, l’Artisan Pastellier Didier BOINNARD expose dans une vitrine une de ces petites boules marronnasses, appelées coques ou cocagnes, qui plus elles vieillissaient, plus elles gagnaient en qualité tinctoriale ; d’où l’ironie du dicton occitan…

Pastel, l'or bleu du pays de cocagne
Cocagne de pastel

Ingénieur chimiste de formation, Didier BOINNARD connaît bien l’histoire, les secrets de fabrication et les extraordinaires propriétés des minuscules particules qui composent ces cocas. En 2000, il a fondé la marque L’artisan Pastellier avec Claire DELAHAYE, fille de Gilbert DELAHAYE, tisserand d’art et teinturier très connu dans la région, qui avait relancé l’extraction du pastel à la fin des années 1970. »… »

Pigment de pastel
Pigment de pastel

Jusqu’à ce qu’une poignée d’irréductibles les redécouvrent ! C’est à ce moment-là de l’histoire que Didier BOINNARD entre en scène.

Dans son atelier de GRAULHET, Didier met au point et développe des teintures naturelles pour le linge de maison, des produits Beaux-arts, des peintures écologiques, intérieures et extérieures, « comme le fameux bleu pastel, réputé repousser les insectes. D’où son application auparavant sur les cornes des vaches et, encore aujourd’hui, sur les volets ».

Pour l’instant il se fournit en « or bleu » auprès de Bleu de Lectoure. Car dans le Tarn, personne ne s’est encore remis à exploiter la plante. Certains commencent à tenter l’expérience à petite échelle. Frédéric BOYER, un « paysan des couleurs », comme il se définit lui-même, vient de prendre part à un groupement foncier agricole (GFA) du côté de Montrosier.

Sur cinq mille mètres carrés, il cultive de manière exclusivement bio des plantes tinctoriales telles que la garance (rouge), la camomille (jaune), les cosmos sulfureux (orange) et, bien sûr, le pastel. « Mon but est d’ouvrir les esprits en montrant qu’il y a de la place pour toutes les formes de culture », insiste ce quadragénaire, qui partage son temps entre la vente directe des plants et ses activités d’animateur à l’environnement au sein d’un centre permanent d’initiative pour l’environnement. Un travail à temps partiel qui lui permet de dispenser ses connaissances sur le sujet auprès des enfants et d’adultes.

Partager un savoir ancestral, c’est aussi ce qui anime Patrice Georges RUFINO. En 1971, cet homme de lettres rachète le château de Magrin, au cœur du Lauragais, qui possède une curiosité : un authentique séchoir à cocagnes. Féru d’histoire, Patrice Georges RUFINO commence alors à accumuler de la documentation sur la plante. Sa passion le pousse à récupérer le dernier moulin pastellier du Pays de Cocagne et à ouvrir en 1983, le musée du Pastel. La même année il crée un « route historique du pastel ». Participant à de nombreux congrès sur le sujet, Patrice Georges RUFINO est devenu un fervent militant du renouveau du pastel. « C’est une plante qui a la chance de résister aussi bien aux basses températures qu’à la sécheresse estivale », s’enthousiasme-t-il. A Toulouse, des scientifiques s’intéressent désormais aux propriétés cosmétiques et thérapeutiques des huiles obtenues à partir de ses graines. » Patrice Georges RUFINO en est persuadé : « Le pastel sera une des plantes crucifères essentielles du troisième millénaire ! »

INFOS PRATIQUES
BONNES ADRESSES

Boutique de l’Artisan Pastellier
Dans cette jolie boutique ancienne, le pastel se décline en linge de maison, produits cosmétiques et artistiques, etc.
5, rue Puech Bérenguier
81000  ALBI
www.artisanpastellier.com

 

La route du pastel à vélo
(niveau sportif) : fiche du circuit à se procurer auprès du CDT du Tarn ou à télécharger sur www.tourisme-tarn.com(rubrique : info utiles/brochures interactives).

 

Pastel en Pays de Cocagne
Exposition itinérante (avec atelier pour enfants) dans différents office de tourisme.
www.tourisme-tarn.com(Découvrez le Tarn/Le pays de cocagne, du pastel au safran)

 

Musée du Pastel
Tarif adultes 8 euros, enfants de 6 à 18 ans 6 euros.
Château de Magrin
81220MAGRIN
www.pastel-chateau-musee.com

Publié le

MUSEE DU PASTEL – CHATEAU DE MAGRIN

Musée du Pastel - Château de Magrin

A l’occasion de l’arrivée du Tour de France à Carmaux le 12 juillet, et de l’étape de Blaye-les-Mines à Lavaur le 13 juillet, découvrez d’une autre manière le Tarn en suivant pas à pas le parcours qu’emprunteront les coureurs. Mais en prenant le temps de flâner, de découvrir ou de redécouvrir les lieux, les paysages et les couleurs de Tarn.

Au km 147, l’épopée du pastel

Magrin – Château Musée
L’épopée historique du pastel est dévoilée dans cet authentique château pastelier du Lauragais. Situé dans le Pays de Cocagne, dans le triangle ALBI, TOULOUSE et CARCASSONNE, entre Lavaur et Puylaurens, Magrin témoigne de la riche épopée de la plante bleue.

Cocagne, teinture et produits du bleu de pastel des teinturiers
Cocagne, teinture et produits du bleu de pastel des teinturiers

Magrin possède le dernier moulin à pastel du Pays de cocagne, constitué d’une énorme roue de granit de deux tonnes, renforcée d’un système de timon horizontal et vertical, dont la rotation était assurée par un animal de trait.

Musée du Pastel - Château de Magrin
Musée du Pastel – Château de Magrin

Le château abrite une autre pièce rare : un séchoir à cocagnes, le seul en bon état du Midi toulousain, datant de la fin de l’épopée du pastel. Les structures de bois ont été repeintes avec de la peinture bleue pastel authentique fabriquée aujourd’hui à ALBI par l’Artisan Pastellier qui vient de créer un laboratoire à GRAULHET. La salle est équipée de volets aérateurs à persiennes assurant une dessiccation optimale des cocagnes.

Enfin les salles du musée abritent de rares manuscrits ayant trait à cette activité, mais aussi tissus, vêtements anciens, teints au pastel ou à l’indigo, cocagnes, objets et outils spécifiques.

www.pastel-chateau-musee.com 05 63 70 63 82

Château-Musée du Pastel, de MAGRIN
81220 St-Paul-Cap-de-Joux
Tél. : 05 63 70 63 82
Fax : 05 63 70 51 80
E-mail : musee.pastel@tiscali.fr

ATOUTS TARN été 2011 – n°87

Publié le

ENCRES VEGETALES – Artistes Magazine

Encre d'enluminures de l'Artisan Pastellier
Les encres végétales de l’Artisan Pastellier
L’Artisan Pastellier

Depuis plus de trois mille ans, les artistes utilisent l’encre pour le dessin et la peinture. Si les méthodes traditionnelles perdurent, bien d’autres sont apparues. Histoire d’un médium qui fascine par ses multiples aspects et applications.

Végétales

Ces encres 100% végétales peuvent être utilisées pour l’enluminure, le calligraphie, à la plume, au calame, au pinceau, pures ou en lavis.

LES PLUS :

Les encres végétales sont fabriquées à base d’extraits végétaux connus pour leur qualité tinctoriale, apportant ainsi des tons authentiques. Esthétiques, les encriers de 30 ml sont cachetés à la cire.

Dossier L’encre par Anna LAMOTTE
Artistes Magazine n°151 – Mai Juin 2011 – page 44

Publié le

PASTEL – UN PATRIMOINE DE CLASSE MONDIAL

Mercedes magazine propose une visite guidée d’Albi suite au classement par l’UNESCO qu patrimoine mondial de l’humanité l’été drenier, la CITE EPISCOPAL D’ALBI, dans le Tarn, accueille quotidiennement des visiteurs du monde entier.

Le quartier du Vieil ALBY, écrin du joyau qu’est la Cathédrale, et L’artisan Pastellier ont été mis à l’honneur dans cet article.
extrait : Attenant, le quartier de Castelnau, formé entre le XIIe et le XIIIe siècle avec l’accord des trois puissances qui dominaient alors la ville – Le comte de Toulouse, l’évêque d’Albi et le comte de Trencavel – témoigne déjà d’une volonté d’organiser l’espace avec un tracé régulier, des voies plus droites et plus larges. Au croisement des rues Puech-Bérenguier et de la Croix-blanche, on tombe sur la maison du Vieil-Alby, qui associe briques et pan de bois. Au dernier étage, ses propriétaires ont conservé le soleilhou, grenier à ciel ouvert où l’on faisait sécherle pastel, la fameuse fleur bleue. En face, la vitrine colorée de l’Artisan Pastellier invite à pousser la porte de la boutique, où Didier BOINNARD pratique encore des méthodes de fabricaton artisanales.. Ici, comme l’atelier voisin de la Forgeronnette, on perpétue des savoir-faire ancestraux.

 

Mercedes magazine
Hiver 2010 – p36 à 41

Publié le

PIGMENTS naturels – Artistes Magazine

Les pigments naturels de l'Artisan Pastellier une sélection d'Artsites Magazines

Artistes Magazine à sélectionner les pigment sde l’Artisan Pastellier avec une dizaine d’autres marques, notamment Okhra et les Couleurs du Quai. Cette sélection est accompagnée d’un article très complet sur leur mise en oeuvre.

Raretés
L’artisan Pastellier propose soixante-dix pigments purs (ocres, oxydes, terre de sienne, fluos, métalliques), non coupés de charges, avec trois types de contenances : 50, 200, 500 ml

LES PLUS
Un choix important de pigments rares comme les laques de garance, de noyer, de gaude, les bleus de pastel, de manganèse ou végétal et le magenta de quinacridone.

Artistes Magazine N° 149
Janvier / février 2011
p44 à 45
Pigments naturels – Dossier « Les pigments »

Publié le

PASTEL – Salon des Techniques et des Arts du Papier

Artistes et professionnels du papier vous donnent rendez-vous autour d’expositions, d’ateliers, des démonstrations, performances et spectacles…

Organisé par l’association Pastel en Scène et la Ville de Lavaur, le STAP (Salon des Techniques et des Arts du Papier).

À l’invitation de Michel COURTANT, président de Pastel en Scène, l’Académie des Arts et des Sciences du Pastel a pu présenter l’histoire du pastel de l’antiquité à nos jours et les entreprises qui participent au renouveau du pastel ; Pour l’occasion une cuve de teinture au pastel des teinturiers et des démonstrations de teinture au pastel ont été effectuées durant ces 2 jours. Carole GARCIA (Cocagne et compagnie), Magalie (Violettes et Pastels), Serge et Brigitte MONTAGNE, Michel RIVALLAND, Sandrine BANESSY (Editions TME), Didier BOINNARD (Artisan Pastellier), Xavier PLO (entrep. PLO),…

Monsieur Frédéric MITTERRAND, Ministre de la culture et de la communication en visite dans le Tarn a inauguré le salon. Il a été à l’écoute de tous les stands et plus particulièrement de celui de l’Académie du Pastel.

Le STAP a accueilli au total 70 artistes et professionnels qui ont enchanté les visiteurs de tous âges. En plus des stands et expositions, les conférences et ateliers ouvert au public ont connu un engouement exceptionnel.

Si ce salon se déroule sur différents pôles du centre-ville, la médiathèque et la chapelle du Musée accueillent le CRIMP – (Centre de Recherche International de Modélisation par le Pli) qui est le groupe artistique invité d’Honneur de cette première édition.

Du théâtre de rue, avec la Compagnie du 4 (sur le thème écologique du tri, du recyclage, de la gestion des forêts…); des animations musicales ou créatives (avec Sébastopol, l’homme-orchestre ou encore Véro des Chapeaux, qui passera entre les stands et fabriquera, en direct, de magnifiques chapeaux avec les chutes de papier… pour les offrir au public!); des performances: la première, de Jean-Frédéric Crevon, calligraphe, la seconde, de Christophe Pons, artiste peintre.

Le jeune public n’a pas été oublié : un spectacle de Paul Maz, le magicien de papier

Les exposants :

A la médiathèque Guiraude de Laurac

Le CRIMP, « Papiers Secrets », origami – Chapelle du musée et médiathèque

Annie Got, « terre d’Ombres », lavis – Rez-de-chaussée (espace jeunesse et salle du conte).

Ysabelle Daniel, photographies – Espace BD, 1er étage

A la Halle d’Occitanie

Imprimerie Art et caractère, groupe Pierre Fabre.

Exposition des plus beaux ouvrages réalisés par l’imprimerie, démonstrations, et édition en direct du journal du salon.

Richard Bornia, journaliste de la dépêche du Midi

Comité de rédaction du journal du STAP, composé du journaliste et de lycéens : réalisation, en direct, du journal du salon.

Librairie Sudre Présentation d’ouvrages « pop’up », secteur jeunesse.

La Poste

Le Musée de La Poste propose une exposition sur le Mail Art, une forme d’expression artistique qui consiste à expédier des envois insolites par La Poste.

La Direction du Courrier présente ses nouvelles offres, outils de communication et produits personnalisables.

SOL – Collages, peinture…

Aline Bonafoux – Enluminure.

Jean-Frédéric Crevon – Calligraphie.

Galerie-libraire associative – Livres d’artistes.

Marion Lamy – Sculptures en papier.

Mira Céti – Collages

Alain Kasaro – Ethnoplasticien – masques

Thérèse Brandeau – Sculptures de papier

Véronique Leborgne – Création de papier pour les relieurs

Evelyne Schiebel – Stylisme, décoration, meubles en carton

Hussein et Hassan Kourdi, Intermediart – Calligraphie.

Annette Rey Rossignol -Récupération et détournement d’objets

Yvon Monet – Photographies artistiques

Emlyne Bounay – Graphisme, découpage, collage

Simone Ducassé – Peinture, gravure, encre

Mille et un papiers – Exposition-vente de papiers ; ateliers ouverts

Claudette Ferrié le Rabo – Gravure

Jo Maray – Papier japon plissé, suspensions, livres..

Michel Boss – Caricaturiste

Brigitte Roy – Fabrication artisanale de papier et sculptures de papier.

Association Scrap’Tribu – Scrap’booking, ateliers

 

PASTEL – Salon des Techniques et des Arts du Papier
du 09 Au 10 octobre 2010 à Lavaur

Publié le

PASTEL – Lautrec. Week-end peintures avec Les pinceaux de Cocagne

Lautrec. Week-end peintures avec Les pinceaux de Cocagne
Du 04/09/2010 au 05/09/2010

Pour cette occasion le prix offert par L’artisan Pastellier se composait d’un coffret de pastel tendre.

Le prix de l’Artisan Pastellier 2010 a été remis à Monsieur Pierre GARCIA de MONTAUBAN.

Publié le 02/09/2010 11:46 | LaDepeche.fr
La remise des prix se fera le dimanche 5 à 17h 30.

En invitant des artistes de toutes régions à venir peindre dans ses rues pittoresques les 4 et 5 septembre Lautrec veut installer une nouvelle dynamique dans cette période qui n’est plus l’été des vacances mais celui très doux où l’on prend le temps de flâner.
Les visiteurs seront donc les bienvenus, et si vous êtes artiste n’hésitez pas à vous inscrire, il suffit d’appeler le 06 77 74 35 59. Paul Vernazobres qui s’est vu confier l’organisation souhaiterait que cette première soit une belle première « A l’instar du festival national de peinture organisé par Magné-Animation dans le Poitou, même si nous n’avons pas la prétention de faire aussi bien».

Publié le

Encres végétales – Artistes Magazine n°145 – mai juin 2010 – pages 24 e 25

Source : Article de Bernadette DUBUC, essais réalisés par Alain MARC, Claire DUPOIZAT et Fleur DESCHAMPS.

Naturelles à 100%, élaborées selon des recettes anciennes, les encres végétales ravivent les couleurs du passé.

Issues pour la plupart des tanins d’arbres et d’arbustes, les encres végétales de l’Artisan Pastellier sont fabriquées selon des recettes traditionnelles que Didier BOINNARD, chimiste et Claire DELAHAYE, historienne de l’art, ont fait renaître en 2000.

Ces encres, supplantées au XXe siècle par la pétrochimie, étaient pourtant largement employées par le passé.

On trouve leur présence dans les manuscrits anciens. Le noir de campêche, par exemple, a été utilisé depuis le Moyen Âge jusque dans les années 1920 comme encre noire, et le rouge de brésil permettait aux enlumineurs de réaliser les carnations.

Signe qu’elles ont su résister à la lumière et au temps.

Moins résistantes néanmoins que les encres permanentes, mais plus stables que les encres à base de colorant, elles sont aujourd’hui encore élaborées de manière artisanale dans la région albigeoise, à partir de plantes cultivées comme la gaude (une espèce protégée dont la cueillette est interdite) ou le noyer de d’arbres en provenance de forêts d’Amérique centrale et du Sud.

Ces encres très particulières s’utilisent aussi bien pour la calligraphie que la peinture, au pinceau ou à la plume et donneront aux œuvres une certaine patine. En lavis comme à l’aquarelle, elles gagnent en transparence et devraient convenir à tous les amateurs d’authenticité.

Les essais techniques
Bilan des essais réalisés par Alain Marc sur du Montval 300 g/m2.

« Des possibilités multiples »
Testé par Alain MARC, artiste aquarelliste

J’ai travaillé en atelier d’après croquis et note de terrain. J’ai trouvé ces encres agréables à utiliser, l’odeur du violet de sureau par exemple s’ajoutant aux autres aspects positifs. La dilution partielle de l’encre après séchage permet un usage simultané graphisme/lavis intéressant et les nuances se marient bien entre elles par mélange. Attention toutefois à la concentration de certaines teintes en lavis qui peuvent satiner ou briller à la surface du papier ainsi qu’au rapport pigment/eau qui peut provoquer, s’il n’est pas maîtrisé, précipités et cernes.

Alain Marc organise deux séjours de carnets de voyage : au Vietnam du 13 au 28 octobre et « De Collioure à Cadaquès » du 12 au 18 septembre 2010.

Alain MARC, Le Berger cévenol, lavis sur papier Montval, 300g/m2, 24 x 32 cm.

 Un produit naturel étonnant »
Testé par Claire DUPOIZAT, artiste carnettiste

J’ai testé ce produit comme j’utilise mes encres habituellement : sur du papier népalais.

J’aime la surprise que provoque l’encre lorsqu’elle diffuse sur le support.

Il m’a été très difficile d’ouvrir les flacons. Il faut s’armer d’un cutter pour oter la couche de cire qui les recouvre, laquelle part en éclat… (Il suffit en fait de tourner le bouchon pour ouvrir le flacon sans problème).

En revanche, elles sentent bon, c’est là un produit naturel, et elles ne tâchent pas trop.

Elles manquent un peu de pigment, le bleu est kaki, les rouges sont bruns, mais diffusent une matière douce, un peu fade à mon goût, mais étonnante.

Claire DUPOIZAT, concert de Dom Paulin, encre de Chine et encre végétales, 15 x 20 cm.

« Un petit air du passé »
Testé par Fleur DESCHAMPS

Amoureuse de la nature, j’aime dessiner - bien modestement – arbres et plantes.

Ces encres ont donc doublement piqué ma curiosité.

Belle première impression avec ces flacons à l’ancienne. Pour les ouvrir, j’ai commencé à attaquer la cire au couteau mais il suffit de dévisser le bouchon et la cire à cacheter reste en place. D’ailleurs il vaut mieux en garder sur le capuchon pour se rappeler la couleur.

A l’usage, j’ai vraiment pris plaisir car elles ont une douceur et une subtilité ravissantes.

Je les trouve parfaites pour peindre tout ce qui a trait à la nature ou des ambiances évoquant un petit air du passé.

En séchant, certaines couleurs ont perdu de leur intensité, j’espère qu’avec le temps elles sauront résister.

Fleurs DESCHAMPS, végétales.

 

Le nuancier

Véritable ode à la nature, ces encres sentent même les plantes. Le violet de sureau en particulier qui est obtenu à partir des baies qui mûrissent à l’automne. Provenant d’arbres cultivés (pour ne pas contribuer à la déforestation de la planète), le jaune de mûrier, le fauve de quebracho, le rouge de brésil et le noir de campêche sont obtenus par décoction : de fins copeaux de bois sont mis à macérer. Pour le brou de noix, ce sont les enveloppes des fruits qui macèrent dans l’eau ; pour le turquoise d’indigo, les feuilles d’indigotier sont mises à fermenter. Le jaune de curcuma, quant à lui, est issu de la plante herbacée du même nom, originaire d’Inde qui en est encore le principal producteur. Il donne une couleur vive transparente. Enfin, le rouge de cochenille n’est pas à proprement parler une encre végétale puisqu’il est obtenu par décoction de petits insectes élevés au Mexique, les cochenilles sévissent sur les plantes dont on extrait un colorant.