Posted on

PASTEL – Test Patrick FOUILHOUX encres et aquarelles

Les aquarelles extra-fines de l'Artisan Pastellier

Aquarelles artisanales : la simplicité du monopigmentaire

L’aquarelliste Patrick FOUILHOUX a testé pour nous des aquarelles en tubes et godets et des encres de l’Artisan Pastellier. Verdict.

DES COULEURS MONOPIGMENTAIRES
Aquarelles en tube pour la peinture« J’ai d’abord noté une odeur dans certains pots d’encre, notamment la couleur prune, qui sent ce fruit. Je trouve que c’est un plus, car la peinture c’est aussi des sensations, et une odeur agréable peut stimuler l’imagination. Ce qui m’a immédiatement frappé, c’est que certaines de ses couleurs naturelles font aussi bien que leurs homologues chimiques. Mais elles ont l’avantage d’être monopigmentaires, ce qui en aquarelle, est un vrai plus.

Les couleurs testées tiennent bien la route, je ne ferai qu’un reproche : l’absence d’une gamme complète. Le bleu de pastel véritable est vraiment magnifique. La couleur laque de noyer se rapproche d’une couleur terre d’ombre brûlée. Le noir de campêche est également original. Je mettrais un bémol sur le jaune de mûrier, trop clair à mon goût, car je préfère peindre avec des jaunes intenses. Le rouge de cochenille éclatant est aussi une belle surprise.

MATIERE ET CONDITIONNEMENT
Nu de l'aquarelliste Patrick FOUILHOUXSur la consistance, j’ai tendance à préférer les tubes d’aquarelle, qui me semblent contenir plus de liant que les godets. Du coup, elles ont un aspect plus crémeux. Pour les godets, la consistance est différente mais la puissance du pigment est équivalente. Leur conditionnement est original. Par contre le bleu de pastel véritable est livré dans un godet circulaire que je ne peux pas ranger dans ma boîte à godets. Les encres sont tout de suite utilisables, et elles offrent une belle profondeur (foncée). »

« L’aquarelliste peut réduire sa gamme de couleurs contrairement au pastelliste. J’incite mes élèves à diminuer les leurs. On peut obtenir des couleurs par mélange. Après, il faut avoir des couleurs plaisir ».
« Pour réaliser mes nus, j’utilise souvent une seule couleur. Dans ce cadre, ces produits sont parfaitement. »

Source : Pratique des Arts n°110 juin- juillet 2013 – Textes Anne Daubrée et Arnaud Dimberton – Page 51